Bourse > Kering > Kering : Ppr affiche sa confiance pour 2012 après un solide cru 2011
KERINGKERING KER - FR0000121485KER - FR0000121485
201.950 € -0.07 % Temps réel Euronext Paris
201.300 €Ouverture : +0.32 %Perf Ouverture : 202.250 €+ Haut : 200.550 €+ Bas :
202.100 €Clôture veille : 155 783Volume : +0.12 %Capi échangé : 25 502 M€Capi. :

Kering : Ppr affiche sa confiance pour 2012 après un solide cru 2011

tradingsat

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - PPR a fait état jeudi d'une forte progression de ses résultats annuels, portés par les brillantes performances de ses marques de luxe qui ont permis de compenser les mauvais résultats de la Fnac.

Le groupe propriétaire de Gucci, Yves Saint Laurent, Puma, Fnac et Redcats a vu ses ventes progresser de 11,1% l'an dernier à 12,23 milliards d'euros, un chiffre légèrement supérieur au consensus Reuters de 12,13 milliards. A taux de change constants, la progression des ventes ressort à 9,3%.

Son résultat opérationnel a grimpé de 17% à 1,60 milliard d'euros (consensus de 1,55 milliard), grâce à une envolée de 34% des résultats du pôle luxe qui a compensé la chute de ceux de la Fnac (-46%) et la légère baisse (-1,2%) de ceux de l'équipementier sportif Puma dans lequel PPR a relevé sa participation à 80% du capital.

"Les résultats de PPR sont excellents (...) Le potentiel de croissance organique de nos marques est considérable et nous sommes confiants pour 2012", a déclaré le P-DG du groupe, François-Henri Pinault, lors d'une conférence.

Il a insisté sur le potentiel "exceptionnel" des griffes de luxe du groupe comme sur celui des marques de mode sportive (Puma, Volcom), qui sera étoffé, a-t-il dit, par des acquisitions "de taille moyenne".

PPR s'est fixé pour objectif d'atteindre un chiffre d'affaires de 24 milliards d'euros à l'horizon 2020, essentiellement par croissance interne (avec une répartition de 60%-40% entre luxe et mode sportive), représentant un triplement des ventes de ces deux pôles.

Pour 2012, il table sur une croissance "soutenue" du chiffre d'affaires et sur une nouvelle hausse de ses résultats, précisant que les tendances de janvier ont été "aussi bonnes, voire meilleures", que celles du quatrième trimestre.

Les comptes 2011 ne comprennent plus les chiffres de Redcats, la filiale de vente à distance de PPR, ni ceux de la Fnac en Italie, ces actifs étant destinés à être vendus et pouvant, au regard des normes comptables, être déconsolidés du périmètre.

TASSEMENT DE GUCCI AU T4, MARGES RECORD

Avec la sortie du périmètre de Redcats, le plongeon des résultats de la Fnac déjà annoncé en janvier et les résultats de Puma publiés mardi, seuls les chiffres du luxe étaient réellement attendus par le marché.

Comme chez LVMH, Hermès ou Burberry, les marques de luxe de PPR ont bravé la crise, grâce à une demande toujours explosive en Asie, à la résistance du marché américain et aux flux touristiques qui ont compensé, en Europe, les effets de la crise.

La croissance organique du pôle luxe a atteint 22% l'an dernier, dont une progression de 18,6% à taux constants au 4e trimestre, supérieure aux 17% attendus.

Celle de Gucci, fleuron du groupe (la griffe pèse pour la moitié de la rentabilité) et deuxième marque mondiale derrière Louis Vuitton, a atteint 18,7% mais elle s'est nettement tassée au quatrième trimestre (+12,2% après +21,4% sur neuf mois), faisant nettement moins bien que ses concurrents.

La griffe florentine, qui profite d'une montée en gamme de sa maroquinerie et de hausses de prix estimées à près de 30% aux cours des trois dernières années, a vu sa marge opérationnelle 2011 atteindre un record à 30,2%.

Le ralentissement de Gucci en fin d'année, comme le maintien d'un dividende stable, ont été mal accueillis par le marché, malgré des chiffres jugés solides dans leur ensemble.

Le titre lâche 4,3% vers 11h40, dans un marché en repli de 0,6%, ramenant sa capitalisation boursière à 15,3 milliards.

"Le groupe est confiant mais le dividende est décevant et la croissance de Gucci au 4e trimestre aussi", notent les analystes de HSBC. Ceux de CA Chevreux se disent aussi déçus par Gucci.

Interrogé, le PDG de PPR s'est voulu rassurant, déclarant que les tendances demeuraient "extrêmement favorables" pour une marque dont le réseau de boutiques est "loin d'être mature" et qui dispose d'un "énorme potentiel géographique".

La croissance stratosphérique de Bottega Veneta, la pépite du cuir tressé, s'est quant à elle accélérée (+35,7% au T4, après +33% sur neuf mois) pour une rentabilité record frôlant les 30%. Celle d'Yves Saint Laurent n'a pas non plus démérité, avec un bond en avant de 32,3% et, pour la première fois, un résultat d'exploitation nettement positif (41 millions d'euros).

PAS DE CALENDRIER POUR REDCATS

Malgré une hausse de 26,4% du résultat net à 1,05 milliard d'euros le dividende proposé est inchangé à 3,50 euros.

PPR a également fait savoir que les discussions se poursuivaient avec "plusieurs acquéreurs" du private equity pour la cession de Redcats, mais qu'il attendait la réouverture du marché de la dette pour recevoir des offres.

La sortie des comptes de Redcats laisse anticiper, selon certains analystes, une cession dans le courant de l'année 2012, alors que les conditions de crédit restent extrêmement difficiles.

Les mauvais résultats de la Fnac rendent quant à eux beaucoup plus lointaine une cession elle aussi prévue.

Le groupe a aussi annoncé l'élargissement de son comité exécutif aux dirigeants de Gucci (Patrizio di Marco), Bottega Veneta (Marco Bizzarri) et Puma (Franz Koch), afin de mieux refléter son recentrage sur le luxe et la mode "lifestyle".

Malgré une hausse de 26,4% du résultat net à 1,05 milliard d'euros le dividende proposé est inchangé à 3,50 euros.

édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...