Bourse > Kering > Kering : La Fnac fera ses débuts en Bourse le 20 juin
KERINGKERING KER - FR0000121485KER - FR0000121485
239.350 € +0.34 % Temps réel Euronext Paris
240.000 €Ouverture : -0.27 %Perf Ouverture : 240.000 €+ Haut : 237.600 €+ Bas :
238.550 €Clôture veille : 160 376Volume : +0.13 %Capi échangé : 30 225 M€Capi. :

Kering : La Fnac fera ses débuts en Bourse le 20 juin

La Fnac fera ses débuts en Bourse le 20 juinLa Fnac fera ses débuts en Bourse le 20 juin

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - PPR, futur Kering, a annoncé mercredi que son conseil d'administration avait voté à l'unanimité en faveur de la mise en Bourse de la Fnac, qui interviendra le 20 juin.

Le principe de cette mise en Bourse avait été arrêté en octobre 2012 par le groupe PPR, qui, avec la vente de La Redoute programmée dans le courant du deuxième semestre, aura bientôt achevé son recentrage sur ses marques de luxe (Gucci, Bottega Veneta ou Saint Laurent) et de mode inspirée du sport (Puma, Volcom ou Tretorn).

L'opération, qui prend la forme d'une scission, se fera par distribution d'actions Fnac aux actionnaires de PPR, via des droits d'attribution d'actions. Les actionnaires se verront distribuer un dividende complémentaire en actions Fnac, à hauteur d'une action Fnac pour huit actions PPR détenues.

Le groupe PPR distribuera au total un peu moins de 95% du capital de l'enseigne de produits culturels.

L'opération sera soumise aux actionnaires du groupe, à l'occasion de l'assemblée générale du 18 juin.

Ils se verront aussi proposer un complément de dividende PPR en numéraire de 2,25 euros, un acompte de 1,50 euro ayant déjà été versé le 24 janvier.

En décidant de se séparer de la Fnac, PPR avait pu sortir de ses comptes dès la fin 2012 un actif peu rentable et difficile à vendre. De l'avis de plusieurs analystes, le groupe avait opté pour ce schéma faute de pouvoir espérer trouver un acheteur pour une enseigne en difficulté et dont les perspectives de redressement semblaient incertaines dans un contexte de forte dégradation de la consommation en France et en Europe. La Fnac, qui a engagé un vaste plan d'économies début 2012 et a révisé son modèle commercial pour reconquérir des parts de marchés, a limité le recul de ses ventes à 2,1% en 2012 à taux de changes constants, à 4,06 milliards d'euros mais son résultat opérationnel courant a chuté de 23% à 79 millions d'euros.

Son PDG Alexandre Bompard avait tenu à souligner, en février dernier, que les ventes de la Fnac avaient résisté en France (-1,6%) alors que le marché des produits techniques et culturels avait chuté de 10%.

L'enseigne a affiché un taux de croissance à deux chiffres sur ses activités internet en France (à 14% des ventes), avait-il souligné.

La Fnac a aussi étendu son offre à destination des enfants et introduit du petit électroménager dans des espaces dédiés à la maison et au design.

Edité par Cyril Altmeyer

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...