Bourse > Kering > Kering : Envisagerait de solder l'aventure Puma
KERINGKERING KER - FR0000121485KER - FR0000121485
208.600 € +1.86 % Temps réel Euronext Paris
206.400 €Ouverture : +1.07 %Perf Ouverture : 208.950 €+ Haut : 206.200 €+ Bas :
204.800 €Clôture veille : 186 242Volume : +0.15 %Capi échangé : 26 342 M€Capi. :

Kering : Envisagerait de solder l'aventure Puma

tradingsat

(CercleFinance.com) - En hausse de près de 5% ce matin à la Bourse de Francfort, l'action Puma saluait probablement la confirmation des prévisions annuelles par la direction de l'équipementier sportif allemand. Mais peut-être aussi la rumeur de sortie du français Kering, qui détient plus de 70% des parts. Selon l'agence de presse Bloomberg, Kering envisagerait maintenant la cession d'une participation majoritaire au capital, l'intégration des marques “luxe” et “sportswear” n'ayant pas fonctionné.

Selon l'agence, le groupe français centré des marques comme Gucci, Bottega Veneta et Yves Saint Laurent, acterait ainsi, en quelque sorte, l'échec de sa stratégie qui visait à rendre complémentaire ses produits de luxe et le 'sportswear'.

Pour mémoire, voilà environ huit ans que Kering est au capital de l'équipementier sportif allemand, non sans difficultés : 'Les ventes annuelles de Puma stagnent autour de trois milliards d'euros depuis 2011 et sa rentabilité s'est réduite depuis que Kering en contrôle le capital', indique encore Bloomberg. Et l'avenir ne semble pas rose : 'd'ici 2020, selon le consensus des analystes, les bénéfices de Puma peineront toujours à atteindre le niveau qui était le leur en 2007, lors de l'arrivée de Kering au capital', ajoute l'agence.

En 2007, Kering avait s'était assuré du contrôle de Puma avec un 'deal' le valorisant en totalité à 5,3 milliards d'euros, selon Bloomberg, alors que Puma capitalise à ce jour 3,3 milliards.

A cette heure, aucune procédure de cession n'a été déclenchée, ce qui ne serait pas prévu avant l'année prochaine, rapporte l'agence. En attendant, Kering a intérêt à soutenir les ventes de Puma. Depuis un peu plus d'un an, une nouvelle direction s'efforce d'ailleurs de redynamiser la marque, ce qui peut présager d'une cession.

François-Henri Pinault, patron et principal actionnaire de Kering, 'a pour habitude de 'couper' les investissements les moins performants, ce qui a conduit à la scission d'une douzaine d'actifs (par Kering) ces dix dernières années', rappelle Bloomberg, citant les grands magasins du Printemps et la Fnac.

Bloomberg rappelle aussi que selon ses informations, Kering a sondé, l'an dernier, des investisseurs du Moyen-Orient et d'Asie quant à leur intérêt éventuel pour Puma.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...