Bourse > Kbc > Kbc : Les Bourses européennes terminent en baisse, Paris cède 0,79%
KBCKBC KBC - BE0003565737KBC - BE0003565737
59.310 € -3.21 %
60.990 €Ouverture : -2.75 %Perf Ouverture : 60.990 €+ Haut : 59.310 €+ Bas :
61.280 €Clôture veille : 1 134 700Volume : +0.27 %Capi échangé : 24 779 M€Capi. :

Kbc : Les Bourses européennes terminent en baisse, Paris cède 0,79%

Les Bourses européennes terminent en baisse, Paris cède 0,79%Les Bourses européennes terminent en baisse, Paris cède 0,79%

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en baisse lundi, les investisseurs ayant pris quelques bénéfices après les bonnes performances de la semaine dernière, en attendant le résultat de la réunion des ministres des Finances de la zone euro sur la Grèce.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en baisse de 0,79% à 3.500,94 points. Le Footsie britannique a perdu 0,56% et le Dax allemand 0,23%. L'indice EuroStoxx 50 a cédé 0,57%. En cas de rebond, l'indice paneuropéen devrait rencontrer une forte résistance à 2.600 points, selon l'analyse technique de Commerzbank.

A la clôture européenne, les grands indices américains perdent entre 0,34% et 0,76%.

L'EuroStoxx avait gagné 5,3% la semaine dernière, sa plus forte hausse hebdomadaire depuis près d'un an, et le CAC 5,61%, sa meilleure performance hebdomadaire depuis fin novembre 2011.

Les marchés d'actions pourraient repartir à la hausse si un accord est conclu avec le Fonds monétaire international (FMI), permettant de débloquer la prochaine tranche d'aide à Athènes.

Les stratégistes de Morgan Stanley ont revu en hausse leur opinion sur les actions européennes, désormais "attractives", dans une étude sur les perspectives 2013.

"La semaine dernière a été très favorable pour les marchés et il semble que les investisseurs reprennent leur souffle avant la réunion de la zone euro. Ils sont prudents, mais il est clair que les bailleurs de fonds de la Grèce ne vont pas laisser tomber le pays. Un défaut de la Grèce n'est pas une option", estime Koen De Leus, économiste chez KBC à Bruxelles.

"Nous sommes plutôt optimistes. Les investisseurs devraient mettre en place des ventes stop (stop-loss) pour minimiser leurs pertes, tout en se préparant à acheter sur les replis."

Les valeurs bancaires ont signé la plus forte baisse sectorielle lundi, en recul de 1,25% dans le sillage de Barclays (-5,39%). La banque britannique chute après que Qatar Holding a monétisé des bons de souscription sur les titres Barclays.

Les cycliques figurent également parmi les plus fortes baisses, affectées notamment par les inquiétudes concernant les négociations en cours aux Etats-Unis pour éviter le "mur budgétaire" qui entraînerait des augmentations d'impôts et une baisse des dépenses de l'Etat à partir de 2013, ce qui pourrait replonger l'économie américaine dans la récession. Dix journées d'âpres négociations au Congrès n'ont guère produit d'avancées sur le sujet.

L'euro se replie autour de 1,2960 dollar, face à une devise américaine qui reste toutefois fragilisée par les négociations tendues autour du budget américain. Gérard Sagnier, analyste technique d'Aurel BGC, voit une prochaine résistance de l'euro autour de 1,3020 dollar.

La victoire des indépendantistes lors des élections régionales anticipées de dimanche en Catalogne pèse également sur l'euro.

Sur le front du pétrole, le contrat janvier du Brent recule d'un dollar à 110,38 dollars le baril, affecté comme les actions par l'incertitude concernant la Grèce et l'impasse budgétaire aux Etats-Unis.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...