Bourse > Integragen > Integragen : Identification d'un nouveau virus
INTEGRAGENINTEGRAGEN ALINT - FR0010908723ALINT - FR0010908723
3.410 € +7.57 % Temps réel Euronext Paris
3.320 €Ouverture : +2.71 %Perf Ouverture : 3.550 €+ Haut : 3.260 €+ Bas :
3.170 €Clôture veille : 148 098Volume : +2.92 %Capi échangé : 17 M€Capi. :

Integragen : Identification d'un nouveau virus

tradingsat

(CercleFinance.com) - IntegraGen a annoncé ce mardi soir une publication dans la revue 'Nature Genetics' qui évoque le rôle de l'adénovirus de type 2 (AAV2) dans le développement du cancer du foie.

Le Professeur Jessica Zucman-Rossi et son équipe au sein de l'Unité Inserm 1162 à Paris, soutenus par l'Institut National du Cancer et par les équipes d'IntegraGen pour le séquençage des tumeurs, ont en effet identifié le rôle du AAV2, un virus considéré jusqu'alors comme non-pathogène, dans le développement d'un type rare du cancer du foie.

Intitulée 'Recurrent AAV2-related insertional mutagenesis in human hepatocellular carcinomas', la publication précitée expose les résultats du suivi et de l'observation de 193 patients atteints d'un cancer du foie. Le séquençage des tumeurs, réalisé sur la plate-forme génomique d'IntegraGen, a permis aux auteurs de l'étude de découvrir, chez 11 patients, l'insertion d'une partie d'ADN du virus associé à l'adénovirus de type 2 dit 'AAV2'.

En comparant le tissu tumoral et le tissu sain des patients, IntegraGen a mis en évidence l'implication du virus dans le cancer, l'ADN du virus étant davantage présent dans la tumeur que dans les cellules saines pour les 11 patients concernés. 8 des 11 patients étudiés ne présentaient par ailleurs pas de cirrhose et 6 ne présentaient aucun facteur de risque connu pour être associé au cancer du foie.

Les études complémentaires ont démontré que le virus, intégré dans l'ADN des cellules tumorales de ces patients, avait conduit à la surexpression de gènes impliqués dans la tumorigénèse.

'Notre étude, dont l'aboutissement est largement lié à notre partenariat avec IntegraGen, démontre l'implication du virus AAV2 dans la survenue du carcinome hépatocellulaire, notamment dans les rares cas de cancer développés en l'absence de cirrhose et sans cause identifiée. Ces résultats appellent également à la précaution, compte tenu de l'utilisation fréquente de l'AAV2 dans les thérapies géniques : si l'insertion de l'ADN de ce virus dans des gènes favorisant les tumeurs reste rare et probablement le fruit du hasard, des précautions doivent être prises', a commenté le Professeur Jessica Zucman-Rossi.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...