Bourse > Iliad > Iliad : Free attaque un universitaire pour dénigrement
ILIADILIAD ILD - FR0004035913ILD - FR0004035913
178.750 € +1.27 % Temps réel Euronext Paris
176.550 €Ouverture : +1.25 %Perf Ouverture : 179.750 €+ Haut : 176.250 €+ Bas :
176.500 €Clôture veille : 77 511Volume : +0.13 %Capi échangé : 10 498 M€Capi. :

Iliad : Free attaque un universitaire pour dénigrement

Xavier Niel, le patron de Free, au salon des entrepreneurs en 2011Xavier Niel, le patron de Free, au salon des entrepreneurs en 2011

(Tradingsat.com) - Rédiger des articles à charge sur Free devient dangereux, et ce professeur d’économie d'une grande université parisienne en a fait les frais. Pour Xavier Niel, le patron du trublion de l'Internet, c'est un peu la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Bruno Deffains, qui enseigne à Paris II Assas, prétend que l'arrivée du quatrième opérateur mobile va entraîner la destruction de milliers d'emplois, relançant une polémique vieille de plusieurs mois chère à Orange et SFR.

Selon le Nouvel Observateur, "Xavier Niel n'a pas digéré l'article de Bruno Deffains intitulé + Free : quand l'idéologie de la concurrence dessert l'économie +, publié dans Les Echos du 11 juin', dans lequel il résumait les conclusions de son étude sur l'impact de l'arrivée du nouvel opérateur dans la téléphonie mobile, en janvier 2012.

Selon cette étude, "la baisse totale du chiffre d'affaires dans le secteur des télécoms mobiles (opérateurs, équipementiers, etc.) provoquée par le lancement de Free Mobile - qu'il estime à 6,5 milliards d'euros - va y provoquer la destruction nette de 55 000 emplois dans les deux années suivantes".

Destruction ou... création d'emplois ?

Un rapport de deux experts sur "l'impact macroéconomique de l'attribution de la quatrième licence mobile" et commandé par Xavier Niel, le patron de Free, avait affirmé le contraire, accordant à Free Mobile un caractère "stimulant" et non handicapant.

Aussi, l'équation économique paraît simple à comprendre : en cassant fortement les prix de ses forfaits mobiles, Free redonne du pouvoir d'achat aux Français qui devraient consommer plus en réinjectant leurs gains dans l'économie, engendrant au passage de la création d'emplois.

"Salir l'image de Free"

Secoués par les débuts fracassants de Free Mobile en janvier 2012, les deux opérateurs historiques n'avaient pas hésité à accuser leur concurrent d'être à l'origine des milliers de suppressions d'emplois annoncées l'année dernière dans le cadre de vastes plans de restructuration.

Agacé par ces accusations, Xavier Niel est monté au créneau en ordonnant la fouille du disque dur de l’enseignant, persuadé que Bruno Deffains n'a pas eu "spontanément l'idée de la rédaction du rapport", mais qu'il lui a été "commandé par un tiers" afin de "salir l'image de Free", a rapporté mercredi Le Nouvel Observateur, sans citer ses sources.

"Ne parvenant pas à obtenir les aveux de l'économiste, Free Mobile a demandé au tribunal de grande instance (TGI) de Paris d'avoir accès à son ordinateur en vue d'engager une procédure pour dénigrement. Ce que le juge, de manière fort surprenante, a accepté", selon l'hebdomadaire.

Visite surprise

Lors d’une visite surprise le 17 décembre dernier, un huissier et un expert en informatique mandatés par le TGI ont passé l’ordinateur de l’universitaire au crible, à la recherche de "mots clés" comme "Orange" ou "SFR", requêtes qui avaient pourtant été expressément exclues par le juge…

"Estimant l'instruction disproportionnée et entachée d'irrégularités, l'universitaire et son conseil ont demandé la rétractation de l'ordonnance et la destruction des fichiers saisis. La décision sera rendue le 1er mars", a indiqué le journal.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...