Bourse > Ibm > Ibm : Ibm relève ses prévisions malgré un contexte difficile
IBMIBM IBM - US4592001014IBM - US4592001014
- -
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
-Clôture veille : -Volume : -Capi échangé : -Capi. :

Ibm : Ibm relève ses prévisions malgré un contexte difficile

tradingsat

NEW YORK/BOSTON (Reuters) - International Business Machines (IBM) a relevé mercredi ses prévisions de résultats annuels, malgré l'annonce d'une baisse de son chiffre d'affaires trimestriel au deuxième trimestre, témoignant de son aisance à ajuster ses coûts au moment même où les entreprises sabrent dans leurs dépenses technologiques.

Souvent présenté comme un thermomètre de la santé du secteur technologique, IBM dit désormais prévoir un bénéfice par action de 15,10 dollars contre 15,00 dollars un an auparavant. Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S prédisait jusqu'à présent sur 15,06 dollars.

IBM, qui a diversifié ses activités au cours des dix dernières années afin de profiter des marges élevées qui existent dans les services et dans le secteur des logiciels, a dit avoir dégagé un bénéfice par action (BPA), hors exceptionnels, de 3,51 dollars contre 3,43 dollars prévus par le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Le chiffre d'affaires est ressorti en baisse de 3% en rythme annuel à 25,8 milliards de dollars contre 26,27 milliards attendus. IBM dit avoir été pénalisé par des effets de change.

Le groupe prévoit un bénéfice annuel non-GAAP d'au moins 15,10 dollars, un montant légèrement supérieur aux 15,06 dollars prévus par le consensus.

Sa marge bénéficiaire brute annuelle devrait s'inscrire à 47,6%, soit 1,2 point de plus que dans ses dernières prévisions.

L'action IBM, orientée en baisse dans les minutes qui ont suivi la publication des résultats, s'adjugeait 1,8% aux alentours de 20h30 GMT dans les transactions d'après-Bourse.

Le titre avait terminé mercredi en hausse de 2,50% à 188,25 dollars.

Le groupe, comme beaucoup de ses concurrents, continue de devoir s'accommoder d'une baisse des dépenses technologiques alors que la crise de la dette en zone euro reste plus que jamais d'actualité et que la croissance ralentit dans les économies émergentes.

Rédaction de Bangalore, Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...