Bourse > Hybrigenics > Hybrigenics : Regain d'intérêt à la veille d'une présentation au congrès de l'ASCO
HYBRIGENICSHYBRIGENICS ALHYG - FR0004153930ALHYG - FR0004153930
0.830 € +3.75 % Temps réel Euronext Paris
0.810 €Ouverture : +2.47 %Perf Ouverture : 0.880 €+ Haut : 0.800 €+ Bas :
0.800 €Clôture veille : 219 762Volume : +0.61 %Capi échangé : 30 M€Capi. :

Hybrigenics : Regain d'intérêt à la veille d'une présentation au congrès de l'ASCO

(Tradingsat.com) - L'action Hybrigenics, qui s'était illustrée en début de semaine avec une envolée de plus de 20%, devrait, sauf retournement de tendance, finir la semaine en beauté. Vendredi, à la mi-séance, elle montait de 12% sur le marché parisien, à 1,66 euro, après deux séances de baisse.

La société biopharmaceutique présentera demain de nouveaux résultats in vitro sur l’inécalcitol dans le cancer du sein, à l'occasion du congrès de l’Association américaine d'oncologie clinique (ASCO) qui se déroule du 29 mai au 2 juin, à Chicago aux Etats-Unis.

"Les effets in vitro de l’inécalcitol, un agoniste de synthèse des récepteurs de la vitamine D, sur la croissance de plusieurs lignées cellulaires humaines de cancer du sein en culture ont été comparés à ceux du calcitriol, le métabolite naturel actif de la vitamine D", a commenté Hybrigenics dans un communiqué.

"En parallèle, les niveaux de récepteurs de la vitamine D ainsi que ceux des récepteurs des estrogènes (les hormones féminines) ont été mesurés dans chaque lignée cellulaire. L’inécalcitol et le calcitriol ont tous les deux inhibé la prolifération et induit la mort cellulaire des lignées de cancer du sein de manière efficace. Une corrélation positive significative a été mise en évidence entre leurs effets et les niveaux de récepteurs de la vitamine D présents dans les lignées cellulaires : plus le niveau de récepteurs de la vitamine D était élevé, plus les cellules cancéreuses étaient sensibles à l’inécalcitol et au calcitriol.

De plus, ces deux dérivés de la vitamine D ont été significativement plus actifs sur les lignées de cancer du sein possédant des récepteurs aux estrogènes (appelées RE-positives) que sur celles qui en étaient dénuées (RE-négatives).

L’inécalcitol et le calcitriol ont clairement exercé des effets de même nature avec le même mécanisme d’action impliquant logiquement les récepteurs de la vitamine D, mais l’inécalcitol s’est montré au moins 14 fois plus puissant in vitro que le calcitriol."

Le texte du résumé de la présentation conclut : "Dans la mesure où l’inécalcitol est considérablement plus puissant que le calcitriol et où il possède un potentiel calcémique plus faible, il gagnerait à être étudié plus avant comme traitement des cancers du sein exprimant des récepteurs de la vitamine D."

"Le niveau de récepteurs de la vitamine D, et peut-être aussi celui des récepteurs aux estrogènes, pourraient constituer des critères pour sélectionner les patientes atteintes de cancer du sein susceptibles de bénéficier d’un traitement à base d’inécalcitol par voie orale, en association avec les protocoles déjà bien établis pour essayer d’en améliorer l’efficacité globale", a précisé le Docteur Jean-François Dufour-Lamartinie, Directeur R&D Cliniques d’Hybrigenics.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...