Bourse > Huis clos > Huis clos : La position de l'Iran limite les chances d'un accord à l'Opep
HUIS CLOSHUIS CLOS HCL - FR0000072357HCL - FR0000072357
0.000 € 0.00 %
0.000 €Ouverture : -Perf Ouverture : 0.000 €+ Haut : 0.000 €+ Bas :
0.000 €Clôture veille : 0Volume : -Capi échangé : 0 M€Capi. :

Huis clos : La position de l'Iran limite les chances d'un accord à l'Opep

La position de l'Iran limite les chances d'un accord à l'OpepLa position de l'Iran limite les chances d'un accord à l'Opep

par Reem Shamseddine, Rania El Gamal et Alex Lawler

VIENNE (Reuters) - Les ministres du Pétrole des pays membres de l'Opep réunis jeudi à Vienne ont peu de chances de parvenir à un accord fixant un nouveau plafond global de production en raison de l'opposition de l'Iran, apprend-on de sources proches du cartel.

Des manoeuvres diplomatiques de dernière minute ont eu lieu jeudi avec une rencontre dans la matinée entre la délégation de l'Iran et celles du Nigeria et du Qatar, en quête de compromis.

La réunion a commencé à 08h00 GMT, avec une séance à huis clos prévue à partir de 10h00 GMT, suivie d'une conférence de presse à 14h00 GMT, selon le programme annoncé.

L'Arabie saoudite et ses alliés du Golfe plaident pour un plafond de production afin de soutenir les prix, selon plusieurs sources au sein de l'Opep.

Cette idée risque toutefois de se heurter une nouvelle fois au refus de l'Iran, rival régional de l'Arabie saoudite qui entend reprendre sa place sur le marché mondial du pétrole après la levée de sanctions occidentales à son encontre.

L'Opep a longtemps opté pour un maintien de sa production à un niveau élevé afin de défendre ses parts de marché mais cette stratégie pèse sur les prix dans un contexte de surabondance de l'offre.

Le ministre saoudien de l'Energie a plaidé pour une approche subtile à son arrivé à la réunion, conscient de l'effet désastreux que pourrait avoir sur les marchés une nouvelle épreuve de force avec l'Iran.

L'IRAN VEUT DES QUOTAS PAR PAYS

"Nous serons très délicats dans notre approche afin de nous assurer de ne pas ébranler les marchés de quelque façon que ce soit", a déclaré Khalid al Falih à des journalistes.

L'Arabie avait dans un premier temps prôné un gel des niveaux de production avant de faire capoter cette initiative au dernier moment en exigeant que l'Iran y participe, ce que Téhéran a refusé.

L'Iran s'oppose à l'idée d'un plafond collectif et veut des quotas adaptés à la situation de chaque pays, autrement dit un système l'autorisant à augmenter sa production pour ramener celle-ci au niveau d'avant les sanctions.

"Sans quotas nationaux, l'Opep ne peut rien contrôler", a déclaré le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh.

Jusqu'en décembre, l'Opep respectait un plafond de pompages de 30 millions de barils par jour (bpj), fixé en décembre 2011. Mais elle produit actuellement environ 32,5 millions de bpj et tout nouveau plafond inférieur à ce seuil équivaudrait à une réduction de fait de la production.

Trois sources ont déclaré que le plafond devrait être nettement supérieur à 30 millions de bpj mais qu'un chiffre définitif ne pourrait être adopté qu'au terme de longues discussions.

Reflet de l'incertitude des investisseurs sur l'issue de la réunion, les cours du pétrole étaient pratiquement inchangés vers 10h30 GMT, le baril de Brent s'échangeant à 49,73 dollars et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) à 48,97 dollars.

(Juliette Rouillon et Patrick Vignal pour le service français, édité par Marc Angrand)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...