Bourse > Hi-media > Hi-media : "Les activités de croissance vont devenir majoritaires cette année"
HI-MEDIAHI-MEDIA HIM - FR0012821890HIM - FR0012821890
7.600 € +0.40 % Temps réel Euronext Paris
7.520 €Ouverture : +1.06 %Perf Ouverture : 7.600 €+ Haut : 7.500 €+ Bas :
7.570 €Clôture veille : 1 901Volume : +0.07 %Capi échangé : 22 M€Capi. :

Hi-media : "Les activités de croissance vont devenir majoritaires cette année"

(Tradingsat.com) - A la veille de l’assemblée générale de l’entreprise, Hi-Media et le fonds BJ Invest de l'actionnaire activiste Benjamin Jayet ont trouvé une issue favorable à leur différend. Le point sur l’accord conclu et sur l'évolution stratégique du groupe de publicité digitale avec son fondateur et PDG, Cyril Zimmerman.

Tradingsat.com : L’accord trouvé avec BJ Invest est-il un bon accord pour Hi-Media ?

Cyril Zimmerman : L’intérêt de Benjamin Jayet portait essentiellement sur l’activité de paiements en ligne Hi-Pay que nous avons introduite en Bourse il y a près d’un an. BJ Invest va devenir le premier actionnaire de HiPay et cède les parts qu’il détenait dans Hi-Media. La poursuite du désengagement du capital de Hi-Pay s’inscrit dans la stratégie de l'entreprise. Sur le plan financier, l’accord améliore notre trésorerie et constitue une opération relutive pour les actionnaires de Hi-Media puisque 10% du capital que détenait BJ Invest est racheté par la société, à un prix préférentiel. Et surtout, il ramène toute la sérénité nécessaire pour le développement de HiMedia et HiPay.

Tradingsat.com : A la lumière des chiffres du premier trimestre 2016, comment se passe la transition entre la baisse des activités historiques et la montée en puissance des relais de croissance de Hi-Media ?

Cyril Zimmerman : Les relais de croissance correspondent à des activités que nous avons soit repositionnées soit créés récemment, et qui représentent des niches porteuses. Après avoir longtemps joué sur l'effet taille et les volumes, Hi-Media doit devenir un acteur de niches à forte valeur ajoutée. Ces activités, de publicité locale et de publicité native essentiellement, sont aujourd'hui en forte croissance. Elles ont progressé de 74% au premier trimestre, et sont quasiment déjà à l'équilibre en termes d'EBITDA malgré les dépenses – de recrutement notamment – liées à leur expansion. En parallèle, nous avons totalement restructuré nos activités historiques de régie traditionnelle, avec des mesures d'économie et en négociant la sortie de contrats de régie qui généraient du chiffre d'affaires mais aussi beaucoup de pertes. La baisse de 36% de ces activités au premier trimestre était voulue et non subie. Le but était que ces activités redeviennent rentables, ce qui est le cas. Aujourd'hui, les activités de niche, qui sont l'avenir d'Hi Media, représentent 40% du chiffre d'affaires de l'ensemble et vont assez largement dépasser les 50% au cours de cette année pour devenir majoritaires. A côté de cela, les activités publicitaires traditionnelles sont en décroissance pilotée, redeviennent profitables, et la question va se poser de savoir si elles restent à l'intérieur du groupe, ou s'il est préférable de trouver un partenaire industriel auquel les adosser.

Tradingsat.com : C'est la première fois que vous publiez un EBITDA pour le premier trimestre, sans attendre la fin du semestre.

Cyril Zimmerman : Nous avons pris cette initiative parce que certains analystes exprimaient des craintes sur la continuité d'exploitation de la société vues les pertes opérationnelles et la consommation de cash de l'année 2015. La sortie des contrats de régies avec minimums garanties a occasionné des pénalités qui ont pesé sur les comptes. Avec notre EBITDA à l'équilibre au premier trimestre, nous montrons que nous avons réussi à stabiliser la situation. Dans le même souci de transparence, nous avons publié notre trésorerie à fin mars, qui est de 5,8 millions d'euros. Nous avions dit en septembre que nous allions traverser une tempête assez violente, mais que c'était nécessaire et que cela porterait ses fruits. C'est aujourd'hui une réalité.

Tradingsat.com :Où en sont les récents développements américains du groupe ?

Cyril Zimmerman : Il y a un an environ, nous avons racheté les activités publicitaires d'Orange, dont certaines étaient basées aux Etats-Unis. Il n'était pas question d'adresser le marché américain dans sa globalité, mais nous avons jugé qu'il y avait au sein de ces actifs une niche intéressante à exploiter, celle de la communauté hispanophone. Notre stratégie consiste à cibler uniquement les zones géographiques et les personnes qui, aux Etats-Unis, consultent les sites de langue espagnole. Je suis moi-même présent à San Fransisco pour piloter cette activité, qui se développe très rapidement. Elle génère un chiffre d'affaires de plus du double par rapport au moment où nous l'avons achetée. En parallèle, je signe directement là-bas des contrats avec des sociétés américaines qui bénéficient à nos activités européennes. Microsoft nous a ainsi confié la régie publicitaire de tous ses espaces sur Skype, Msn, Hotmail pour la Belgique et le Portugal.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...