Bourse > GENFIT > Genfit : "Arrivée de nouveaux fonds américains au capital"
GENFIT GNFT - FR0004163111
28.550 € +1.46 % Temps réel Euronext Paris
28.950 €Ouverture : -1.38 %Perf Ouverture : 29.140 €+ Haut : 28.350 €+ Bas :
28.140 €Clôture veille : 158 769Volume : +0.68 %Capi échangé : 667 M€Capi. :

Genfit : "Arrivée de nouveaux fonds américains au capital"

Jean-François Mouney

(Tradingsat.com) - Après une envolée de 136% entre le 31 décembre 2013 et le 27 janvier 2014, l’action Genfit subit des prises de profit depuis quelques séances. Pour autant, les nouvelles de la société biopharmaceutique restent bonnes. Son augmentation de capital de 5 millions d’euros a été sursouscrite 4 fois par les investisseurs, un large succès traduisant un vif intérêt qui dépasse largement les frontières hexagonales... Le point avec Jean-François Mouney, le président-fondateur de Genfit.

Tradingsat.com : Votre levée de fonds s’est très bien passée. Comment qualifieriez vous l’intérêt des investisseurs pour Genfit ?

Jean-François Mouney : La baisse de notre cours de bourse peut laisser penser que le succès de notre augmentation de capital, sursouscrite plus de quatre fois, est un non évènement, du moins sur le marché parisien. C’est dommage. Il faut savoir que beaucoup d’investisseurs étrangers nous ont sollicité pour y participer, ce qui ne leur était pas possible. D’autre part le marché des DPS [droits préférentiels de souscriptions, ndlr] a fait l’objet de volumes d’échanges importants pendant l’opération. Le DPS a même évolué à son plus haut niveau le dernier jour de sa cotation à plus de 0,30 euro ; jusqu’au bout, de nouveaux investisseurs ont donc voulu participer à l’opération.

Tradingsat.com : Comment Genfit est perçu aux Etats-Unis, où vous avez participé récemment à des réunions Investisseurs, notamment à la conférence annuelle JP Morgan sur les soins de santé ?

Jean-François Mouney : L’intérêt pour Genfit y est considérable. Les rendez-vous s’enchaînent, que ce soit avec des investisseurs, des groupes pharmaceutiques ou des analystes. Je suis la semaine prochaine aux Etats-Unis avec une trentaine de rendez-vous programmés en trois jours. Sans donner de noms, il faut savoir que la JP Morgan Conference à San Francisco a donné lieu à des contacts poussés avec beaucoup d'investisseurs. Il y a un intérêt majeur pour la NASH (hépatite stéatosique non alcoolique). Je parle ici d’investisseurs financiers, même si nous échangeons aussi beaucoup avec des sociétés pharmaceutiques. Nos interlocuteurs font aujourd’hui partie du top 10 des investisseurs dans le domaine des biotechnologies, ce qui était encore difficile il y a un an. Notre visibilité a fait un bond en avant. J’ai été informé de l’entrée significative à notre capital de quelques fonds américains. Et nous pensons aujourd’hui que ces investisseurs américains représentent déjà de l’ordre de 10 à 15% du capital de Genfit en moins de trois semaines.

Tradingsat.com : Comment l’expliquez vous ?

Jean-François Mouney : Pour des raisons historiques, les Etats-Unis font référence et ont un temps d’avance en matière de valorisation des biotechnologies. Ce qui est reconnu là bas sera reconnu ici tôt ou tard. Par conséquent, l’intérêt des investisseurs américains est le dénominateur commun aux progressions des cours de bourse de nos biotechs les plus performantes. La cote américaine est profonde, elle fournit des comparables avec des sociétés dont le métier est identique au nôtre, qui ont également concentré leur développement dans la NASH. Notre capitalisation boursière est donc facile à relativiser.

Tradingsat.com : La biotech américaine Intercept Pharmaceuticals est valorisée 5,6 milliards de dollars. Comment se situe Genfit par rapport à cette société qui a récemment publié des résultats cliniques dans la NASH ?

Jean-François Mouney : Je suis confiant parce que le recrutement des patients pour notre propre étude de phase IIb a été effectué de manière extrêmement rapide. L’avance d’Intercept n’excède pas quelques mois. Ce qu’il faut retenir, c’est que le marché est gigantesque, il y a donc clairement de la place pour plusieurs acteurs. Nos stades de développement étant très proches, les autorités de santé devront prendre position sur la conception des études de phase III à venir, qui devraient être relativement similaire. Je rappelle que les dernières estimations montrent que la prévalence de la maladie [le nombre de cas d’une maladie à un moment donné dans une population, ndlr] est désormais estimée entre 12% et 15% aux Etats-Unis, alors que les niveaux de prévalence étaient jusqu’à récemment estimés entre 2 et 5% de la population des pays développés. Par ailleurs, chaque produit a son mécanisme propre. Le nôtre, le GFT 505, est capable d’influer sur plusieurs aspects de la maladie : l’inflammation, la dégénérescence des cellules hépatiques, la stéatose, et l’apparition de fibroses (tissu cicatriciel). Par ailleurs, le GFT505 diminue fortement le cholestérol, alors qu’il semble que le produit concurrent doive régler certaines choses de ce côté là. Aux experts d'en tirer les conclusions appropriées...

Tradingsat.com : Vous êtes donc plutôt confiant dans les futurs résultats de phase IIb que Genfit compte communiquer d’ici fin 2014.

Jean-François Mouney : Effectivement, parce que le GFT505 dispose d’une batterie de munitions pour traiter la NASH et les problèmes hépatiques d’origine métabolique. C’est en cela d’ailleurs que les données précliniques que nous avons récemment dévoilées, qui soutiennent le mécanisme anti-cancéreux de GFT 505, sont pertinentes. Le GFT505 bloque la prolifération de cellules cancéreuses humaines dans des modèles pré-cliniques, représentatifs de nombreux cancers, dont le cancer hépatique. Nous pourrions modérer notre enthousiasme si nous avions des doutes sur la sécurité du produit. Mais je rappelle que les membres du DSMB [comité de suivi des données et de la sécurité, Data and Safety Monitoring Board, ndlr] ont conclu à l’unanimité qu’après 6 mois de traitement, le GFT505 ne présentait aucun problème de sécurité. Or, dans le cadre de traitements de longue durée, qui peuvent s’étaler sur plus de 10 ans, la sécurité du produit est aussi importante que son efficacité. Au vu de sa capacité à agir sur les lipides, la résistance à l’insuline, la glycémie, de sa bonne activité anti-fibrotique et anti-cancéreuse, et de son bon profil de sécurité, dire que le GFT 505 dispose de nombreux arguments est presque un euphémisme.

Vous suivez cette action ?Recevez toutes ses infos en temps réel :

Je donne mon avis