Bourse > Frey > Frey : Bonomi entretient le suspense sur ses intentions sur Club Med
FREYFREY FREY - FR0010588079FREY - FR0010588079
26.510 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
26.510 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 228 M€Capi. :

Frey : Bonomi entretient le suspense sur ses intentions sur Club Med

Bonomi entretient le suspense sur ses intentions sur Club MedBonomi entretient le suspense sur ses intentions sur Club Med

par Matthieu Protard et Pascale Denis

PARIS (Reuters) - L'homme d'affaires italien Andrea Bonomi entretient le suspense sur ses intentions vis-à-vis de Club Méditerranée, à trois jours de la date butoir du jeudi 13 novembre pour déposer une offre améliorée sur le groupe de loisirs.

Alors que la Lettre de l'Expansion prête à l'homme d'affaires italien l'intention de s'associer au fonds KKR pour lancer une nouvelle surenchère, cette option semble loin d'être acquise.

"Il n'y a rien de décidé pour le moment du côté de Bonomi", dit-on dans l'entourage du milliardaire italien. 

Par ailleurs, une source proche de Fosun s'interroge sur la volonté de KKR de s'impliquer dans une nouvelle bataille alors que le fonds d'investissement avait été approché par Andrea Bonomi lors de sa première offre et qu'il avait décliné la proposition.

"Pourquoi iraient-ils maintenant à un prix supérieur ?", s'interroge cette source, soulignant également qu'il n'était plus dans la stratégie de KKR de se lancer "dans des opérations hostiles."

Andrea Bonomi s'est refusé à tout commentaire sur ses intentions et personne n'était joignable dans l'immédiat chez KKR pour réagir à ces informations.

Selon une source proche du groupe de loisirs, Andrea Bonomi n'a pas cherché récemment à entrer en contacts avec Fosun ou les conseils du groupe.

Le milliardaire italien s'est lancé au début de l'été dans la bataille pour le rachat du Club en offrant de reprendre le groupe français au prix de 21 euros par action.

Mais son offre est devenue caduque après la surenchère du conglomérat chinois Fosun, qui a relevé à la mi-septembre son prix à 22 euros par action.

L'offre du conglomérat chinois, qui est soutenue par le management de Club Med, court jusqu'au 20 novembre inclus. En vertu de la réglementation française, Andrea Bonomi a jusqu'au 13 novembre à minuit pour déposer une nouvelle offre.

SURENCHÈRE JUGÉE "INOPPORTUNE"

Près d'un an et demi après le lancement au printemps 2013 d'une première OPA de Fosun, associé alors à parité avec le fonds français Ardian, l'agacement est devenu perceptible au sein des instances dirigeantes de Club Med.

Début octobre, Georges Pauget, l'ancien directeur général du Crédit agricole SA et vice-président du conseil d'administration de Club Med, a estimé que toute surenchère d'Andrea Bonomi "serait inopportune" après le dépôt de la nouvelle proposition de Fosun.

Les représentants du personnel du Club Med ont pour leur part manifesté leur opposition au projet de Fosun, faisant part de leurs inquiétudes de voir l'ancrage du groupe de loisirs "basculer en Chine".

Le marché semble néanmoins miser sur une surenchère. Mais selon des observateurs, si une nouvelle offre devait être déposée, elle n'irait pas au-delà de 23 euros par action.

A 22 euros par action, le retour sur investissement, qui ne sera pas attendu avant une dizaine d'années, devrait ressortir autour de 8%, loin des 15% généralement attendus par les fonds d'investissement.

A la Bourse de Paris, l'action Club Med, qui a ouvert lundi en hausse de près de 7%, gagnait 2,67% à 23,090 euros à 14h45.

Depuis la fin de l'été, Fosun est redevenu le premier actionnaire de Club Med avec 18,28% du capital après avoir racheté les parts d'Ardian.

Andrea Bonomi détient quant à lui 9,90% du groupe, devant notamment les investisseurs institutionnels étrangers (9,5%), français (7,8%), les banques suisses Credit suisse (8,6%) et UBS (6,7%), la Caisse des dépôts du Maroc (6,3%) et la Caisse des dépôts (5,3%).

Le hedge fund Boussard & Gavaudan s'est quant à lui encore renforcé à fin octobre à 5,6% du capital.

(Avec la contribution de Dominique Vidalon, Jean-Michel Bélot à Paris et Frey Berry à Londres, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...