Bourse > Faurecia > Faurecia : Cm-cic démonte les craintes
FAURECIAFAURECIA EO - FR0000121147EO - FR0000121147
40.970 € +1.11 % Temps réel Euronext Paris
40.435 €Ouverture : +1.32 %Perf Ouverture : 41.110 €+ Haut : 40.295 €+ Bas :
40.520 €Clôture veille : 455 567Volume : +0.33 %Capi échangé : 5 649 M€Capi. :

Faurecia : Cm-cic démonte les craintes

tradingsat

(Tradingsat.com) - CM-CIC Securities réitère sa recommandation d'« Achat » sur Faurecia, jugeant que les craintes à l'origine de la sous-performance récente du titre (-40 % en trois mois, valorisation inférieure de 45 % à sa moyenne historique) « ne sont pas justifiées ».

Ainsi, concernant la dette du groupe, crainte première des investisseurs, le broker fait valoir qu'elle est « largement inférieure aux covenants », que « la liquidité s'élève à plus de 600 millions d'euros », que « le risque d'un dérapage du BFR [est] improbable », et que « la prochaine échéance de remboursement intervient en 2015 ».

« Exagérées » également les craintes suscitées par la faiblesse de la génération de free cash-flow. Cette année, celle-ci est liée à « la façon dont les frais de développement des équipementiers sont comptabilisés », explique CM-CIC. En effet, ces frais « sont « avancés » par l'équipementier pendant les deux ans correspondant à la phase de développement du programme puis ensuite financés par le client dès la vie série du programme via la pratique dite de « rondelles » ».

Concernant la crainte d'une augmentation de capital (risque récemment démenti par la direction), CM-CIC note que « compte tenu d'un accès forcément limité aux crédits bancaires, Faurecia devra faire des choix ». L'équipementier devra : « soit sacrifier une partie de sa croissance en priorisant ses commandes sur certains clients (Nissan, Hyundai, Ford), certaines zones géographiques (Asie, US), certains contrats (à forte marge) et certaines de ses activités les moins consommatrices en cash, [soit] financer sa croissance mais en différant la dilution de manière à faire bénéficier l'actionnaire du retour sur investissement des projets en cours ». L'émission d'une obligation remboursable en action (ORA) apparaît comme « une solution intermédiaire intéressante ». Avec un montant de 300 millions d'euros, Faurecia serait « en ligne avec ses engagements financiers 2012 », ajoute le courtier.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...