Bourse > Eurazeo > Eurazeo : L'activité des introductions en Bourse recule à Paris
EURAZEOEURAZEO RF - FR0000121121RF - FR0000121121
51.240 € +0.23 % Temps réel Euronext Paris
50.770 €Ouverture : +0.93 %Perf Ouverture : 51.260 €+ Haut : 50.690 €+ Bas :
51.120 €Clôture veille : 104 799Volume : +0.15 %Capi échangé : 3 684 M€Capi. :

Eurazeo : L'activité des introductions en Bourse recule à Paris

L'activité des introductions en Bourse recule à ParisL'activité des introductions en Bourse recule à Paris

PARIS (Reuters) - L'activité des introductions en Bourse (IPO), pénalisée notamment par la conjoncture économique, a diminué au troisième trimestre sur le marché parisien, qui décroche comme le reste de l'Europe par rapport aux places américaines et asiatiques, montre une étude publiée lundi par KPMG.

Selon les données compilées par le groupe d'audit, de conseil et d'expertise comptable, le nombre d'IPO est retombé à cinq sur Euronext Paris au troisième trimestre et à deux sur Alternext Paris, contre respectivement 14 et 11 sur la période avril-juin.

Le montant total des fonds levés à cette occasion a également chuté, pour passer de 3,486 milliards à 157 millions d'euros entre le deuxième et le troisième trimestre sur Euronext Paris et de 66 millions à 8,0 millions d'euros sur Alternext Paris.

Le deuxième trimestre a été marqué à Paris par les IPO d'Elior le 11 juin, d'Euronext le 20 juin, de Coface et de Worldline le 27 juin.

Mais la situation s'est depuis bloquée sur fond de morosité économique et de retour de la volatilité sur les marchés financiers, avec le report de certains projets, comme celui de Spie annoncé le mois dernier ou celui d'Elis confirmé à début 2015 par Eurazeo jeudi.

"Le troisième trimestre est clairement marqué par le décrochage des marchés européens par rapport aux marchés asiatiques et américains, tant en termes de nombre d'opérations que de fonds levés. Le contexte économique des différentes zones et les arbitrages des investisseurs anglo-saxons contribuent à expliquer en partie cette tendance", constate KPMG dans son étude.

Les conditions d'introduction en Bourse se sont également dégradées sur le marché parisien, un nombre élevé d'émetteurs ayant été contraints d'accepter de réaliser leur opération dans le bas de la fourchette de prix afin de réussir à remplir le livre d'ordres.

En outre, parmi les entreprises ayant réalisé leur introduction en Bourse en 2014, plus de 40% des sociétés ont vu leur cours de Bourse chuter de plus de 20% depuis leur première cotation, constate KPMG.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...