Bourse > Euler hermes group > Euler hermes group : 2013, année noire, plus de 64 000 défaillances d'entreprises
EULER HERMES GROUPEULER HERMES GROUP ELE - FR0004254035ELE - FR0004254035
82.980 € -0.12 % Temps réel Euronext Paris
83.050 €Ouverture : -0.08 %Perf Ouverture : 83.150 €+ Haut : 82.310 €+ Bas :
83.080 €Clôture veille : 12 301Volume : +0.03 %Capi échangé : 3 538 M€Capi. :

Euler hermes group : 2013, année noire, plus de 64 000 défaillances d'entreprises

tradingsat

(Tradingsat.com) - Euler Hermes a publié aujourd'hui une étude intitulée "France : le changement c'est pour quand ? Quelle perspective pour la croissance française en 2013 ?", dans laquelle le leader mondial de l'assurance-crédit livre ses scénarii macro économiques pour la France ainsi que les bilans et les perspectives des défaillances d'entreprises.

"Le tissu industriel est déjà touché", affirme Ludovic Subran, chef économiste du Groupe Euler Hermes. "En 2013, ce sont entre 64000 et 65000 entreprises qui feraient défaut". En outre, si la France a jusqu'ici évité une croissance négative depuis la crise 2008-9, contrairement à la plupart de ses voisins, la situation est loin d'être rassurante pour autant, poursuit l'assureur.

La demande adressée à la France serait en nette décélération en 2012 (proche de +1% d'augmentation par rapport à 2011) et ne se redresserait que légèrement, affichant un rythme de progression de +4% en 2013, avec une croissance mondiale en rebond limité (+2,8%, après +2,5% en 2012). "Le commerce extérieur de la France est doublement fragilisé. D'une part, par un manque de franche reprise des débouchés à moyen terme ; d'autre part, par une question de positionnement et de compétitivité-prix", commente Ludovic Sénécaut, président du directoire d'Euler Hermes France.

Ludovic Subran note également que la production industrielle est retombée à un plus bas depuis 1998 et les carnets de commande ne montrent aucun signe de retournement à un horizon six mois. "À court-terme, stimuler l'investissement semble cause perdue", estime-t-il.

D'après l'économiste, "les secteurs qui tirent leur épingle du jeu sont l'industrie agroalimentaire et la chimie, plus internationalisés et diffusés dans l'économie ; a contrario, les secteurs à la traîne sont les équipementiers automobiles impactés par la chute du marché automobile, la construction avec un retournement à la baisse des mises en chantier et le transport aérien".


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...