Bourse > Essilor intl. > Essilor intl. : Lanterne rouge du CAC, ventes surprise décevantes
ESSILOR INTL.ESSILOR INTL. EI - FR0000121667EI - FR0000121667
97.970 € -1.02 % Temps réel Euronext Paris
98.500 €Ouverture : -0.54 %Perf Ouverture : 98.510 €+ Haut : 97.000 €+ Bas :
98.980 €Clôture veille : 667 806Volume : +0.31 %Capi échangé : 21 367 M€Capi. :

Essilor intl. : Lanterne rouge du CAC, ventes surprise décevantes

tradingsat

(CercleFinance.com) - L'action Essilor International tenait la tête des plus fortes baisses de l'indice CAC 40 ce matin après avoir publié, avant la date prévue, un chiffre d'affaires 2013 légèrement inférieur aux prévisions. La croissance dite “combinée” atteint 5,4% sur l'année et manque donc l'objectif qui avait été abaissé, le 24 octobre dernier et pour la 2e fois de l'année, à un taux “de l'ordre de 6 %”. En Bourse de Paris, le titre dérape de 1,9% ce matin à 78,9 euros (avec un point bas à 77 euros, soit - 5,3%) alors que l'indice vedette parisien gagne 0,2%.

Ce matin, le leader mondial de l'optique opthalmique a fait état, en avance sur le calendrier prévu, de son chiffre d'affaires pour l'année 2013. Le planning initial prévoyait que les ventes et les résultats de l'exercice seraient publiés ensemble le 27 février.

Il ressort de cette publication avancée qu'en 2013, les ventes ont atteint 5.065,2 millions, chiffre en croissance publiée de 1,5% et un peu inférieur au consensus, qui était de l'ordre de 5,1 milliards d'euros.

'En base homogène', jargon maison qui correspond grosso modo à la croissance organique, la progression est de 2,1%. A cela s'additionne l'effet de périmètre (+ 3,3%), puis se retranche un effet de changes très négatif cette année (- 3,9%, contre +,4 6% en 2012) pour arriver à 1,5%, en données publiées.

'Une forte intensité concurrentielle et, dans certaines régions, une conjoncture économique peu porteuse se traduisant par un ralentissement du marché de l'optique, ont pesé sur la croissance organique du groupe', explique ce matin Essilor.

Puis le groupe ajoute, en guise de prévisions pour les comptes 2013, toujours attendus le 27 février : 'pour l'année, la contribution de l'activité (ce qui correspond grosso modo au résultat opérationnel, ndlr) devrait ressortir en légère progression par rapport à 2012'.

Rappelons que le groupe tablait, lors de la publication de ses comptes 2012 publiés voilà un an, sur une “croissance combinée” en 2013 (soit la croissance “en base homogène” + les acquisitions dites organiques) supérieure à 7%, ainsi qu'une “rentabilité élevée”..

Puis lors de la publication des semestriels, cet été, la croissance combinée estimative a été ramenée à un niveau “proche de 7%”, la rentabilité étant toujours attendue “à un niveau élevé.”

Au 3e trimestre enfin, le 24 octobre dernier, la croissance combinée de 2013 n'était plus attendue que “de l'ordre de 6 %”.

Et finalement, cette 'croissance combinée' (base homogène + effet de périmètre) ressort à 5,4% en 2013.

Chez Aurel BGC où les analystes évoquent un 'avertissement', on constate cependant que 'la croissance s'est améliorée entre le S1 et le S2 (de +1,2% à 3% sur une base homogène)'.

En outre, si l'on retient la séquence trimestre par trimestre de la 'croissance combinée', on obtient : 2,1% au T1, 5,3% au T2, 7,1% au T3 et 7,3% au T4.

'Essilor note un renforcement de la concurrence d'une part et un ralentissement du marché de l'optique dans certains pays d'autre part', soulignent aussi les analystes

Pour Société Générale, 'la mauvaise surprise provient d'Europe, où (au T4 ; le Vieux Continent représente environ le tiers de l'activité annuelle, ndlr) les ventes ont reculé en termes organiques de 0,4%', contre + 1,9% au T3 et + 0,8% sur les neuf premiers mois de l'année. En cause : la perte d'un contrat 'important' au profit de la concurrence et 'un environnement toujours difficile en France.”

Une 'bonne surprise' est cependant relevée du côté des 'readers' (7% du CA environ), dont la croissance 'en base homogène' a accéléré au T4 à 6,9%, contre 2,7% sur l'ensemble de l'année.

Et Société Générale de conclure : 'ce ralentissement pourrait soulever des inquiétudes quant aux perspectives 2014 des ventes en Europe, notamment en France.' Les analystes maintiennent cependant leur conseil d'achat en visant 94 euros.


Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...