Bourse > E.on se > E.on se : Pertes annuelles record
E.ON SEE.ON SE E.ON - DE000ENAG999E.ON - DE000ENAG999
8.050 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
8.240 €Clôture veille : -Volume : -Capi échangé : -Capi. :

E.on se : Pertes annuelles record

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le titre E.ON gagne près de 1,6% et évolue en ligne avec la tendance à Francfort en dépit d'une perte historique l'an passé.

Celle-ci s'explique cependant surtout par d'importantes dépréciations d'actifs, dont une 'géante' de 4,5 milliards d'euros au quatrième trimestre, alors que 2014 a vu le géant énergétique annoncer un virage stratégique majeur consistant en particulier à d'importantes scissions d'activités. Les perspectives pour l'exercice en cours sont par ailleurs plutôt rassurantes, E.ON prévoyant notamment une stabilité de son résultat courant dans une fourchette comprise entre 1,4 et 1,8 milliard d'euros tandis que les analystes tablent sur 1,6 milliard, relatent les équipes d'Aurel BGC.

Surtout, le programme d'économies initié par le groupe a été bouclé l'an passé, soit avec douze mois d'avance sur le calendrier.

Préparant sa mue pour faire face à la transition énergétique en Europe, dans un contexte toujours difficile avec entre autres l'abandon programmé pour 2022 du nucléaire outre-Rhin, la concurrence des énergies vertes et l'exposition à la Russie, E.ON n'en a pas moins déploré une perte nette de près de 3,2 milliards d'euros l'an passé, contre un bénéfice de 2,1 milliards à fin 2013.

Les revenus ont pour leur part reculé de 7%, à 111,6 milliards d'euros, et l'Ebitda a diminué de 9% à quelque 8,3 milliards, mais ces retraits sont conformes aux estimations du consensus.

Ce dernier suivra de très près les projets d'une vraie 'institution' en Allemagne. Un mastodonte qui a pris une décision radicale en novembre dernier : abandonner la production classique d'électricité à l'horizon 2016 pour s'orienter vers les technologies renouvelables, les réseaux et les 'nouvelles solutions'. Ce pari forcément risqué pourrait néanmoins se révéler payant.

Les activités traditionnelles de génération - qui comprennent aussi les centrales nucléaires allemandes, le gaz et le négoce d'énergie - seront enfin regroupées au sein d'une nouvelle entité séparée, qui sera mise en Bourse.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...