Bourse > Eni > Eni : Nouveau délai pour le démarrage d'un champ d'Eni dans l'Arctique
ENIENI ENI - IT0003132476ENI - IT0003132476
15.000 € +3.81 %
14.250 €Ouverture : +5.26 %Perf Ouverture : 15.000 €+ Haut : 14.250 €+ Bas :
14.450 €Clôture veille : 762Volume : -Capi échangé : -Capi. :

Eni : Nouveau délai pour le démarrage d'un champ d'Eni dans l'Arctique

Nouveau délai pour le démarrage d'un champ d'Eni dans l'ArctiqueNouveau délai pour le démarrage d'un champ d'Eni dans l'Arctique

OLSO (Reuters) - Eni est confronté à un nouveau retard dans la mise en route de son champ pétrolier Goliat, situé dans les eaux de l'Arctique et il doit encore obtenir l'autorisation des autorités norvégiennes pour lancer la production, ont déclaré le géant pétrolier italien et un régulateur du secteur.

Vers 11h20 GMT, le titre Eni perdait 1,7% à 13,77 euros, évoluant en phase avec l'indice regroupant les valeurs pétrolières européennes (-1,56%).

Premier champ pétrolier a être dévéloppé dans l'Arctique, Goliat a connu plusieurs dépassements de coûts et des retards au cours de sa construction. Mais Eni a dit le mois dernier que le démarrage du projet n'était plus qu'une question de semaines.

"Il y a encore du travail à faire à Goliat. Tant que cela restera le cas, l'Autorité de sûreté pétrolière ne donnera pas son feu vert, qui est nécéssaire pour lancer les opérations", a dit Eileen O'Connell Brundtland, porte-parole de cette instance.

Eni a pour sa part dit être persuadé que la production commencerait cette année, allant ainsi à l'encontre d'un article de Teknisk Ukeblad (TU), une publication professionnelle, disant que la mise en route pourrait n'intervenir que l'année prochaine.

"Nous sommes dans la phase finale de l'installation. Certains de ses travaux ont pris plus de temps que prévu", a déclaré Andreas Wulff, porte-parole d'Eni.

Prié de dire si la production démarrera en 2015, il a répondu : "Oui", sans donner de date spécifique.

Le coût de Goliat a atteint à ce stade 46,7 milliards de couronnes (4,9 milliards d'euros) contre une estimation initiale, de 2009, de 30 milliards de couronnes.

Quand le champ, détenu à 65% par Eni et à 35% par Statoil, entrera en activité, ce sera le champ pétrolier situé le plus nord du globe.

(Terje Solsvik et Ole Petter Skonnord, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...