Bourse > Eni > Eni : Camfin, actionnaire de Pirelli, discute avec ChemCorp
ENIENI ENI - IT0003132476ENI - IT0003132476
13.650 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
13.850 €Clôture veille : -Volume : -Capi échangé : -Capi. :

Eni : Camfin, actionnaire de Pirelli, discute avec ChemCorp

Marché : Camfin, actionnaire de Pirelli, discute avec le chinois CNCCMarché : Camfin, actionnaire de Pirelli, discute avec le chinois CNCC

par Paola Arosio et Stephen Jewkes

MILAN (Reuters) - China National Chemical Corp est près de passer un accord avec le principal actionnaire de Pirelli, par lequel le groupe chinois pourrait prendre le contrôle du fabricant de pneumatiques italien, ont déclaré vendredi deux sources proches du dossier.

Les analystes pensent que l'opération verrait ChemCorp devenir le premier actionnaire de Pirelli, en lieu et place du pétrolier russe Rosneft.

Selon les sources, ChemCorp discute alliance stratégique avec les actionnaires de Camfin, holding qui détient 26% du groupe milanais.

Camfin avait dit un peu plus tôt dans la matinée qu'il discutait avec un "partenaire industriel international" en vue de vendre sa participation dans Pirelli au prix de 15 euros par action, valorisant le groupe de pneumatiques à 7,1 milliards d'euros. Une fois la vente réalisée, une OPA sur le reste de Pirelli suivrait, avait-il ajouté.

L'ction Pirelli gagnait 4,6% à 15,58 euros vers la mi-journée, augmentant ses gains engrangés jeudi à la suite d'un article du Corriere della Sera suivant lequel Pirelli réfléchissait à une réorganisation passant par l'association avec une partenaire asiatique, le lancement du rachat de l'entreprise et son retrait de la cote.

Camfin est actuellement propriété de Rosneft, qui détient la moitié du capital, et d'une holding appartenant au PDG de Pirelli Marcho Tronchetti Provera. Les autres actionnaires sont les banques italiennes Intesa Sanpaolo et UniCredit.

"Nous pensons que les actionnaires de référence actuels, à l'exception probable de Rosneft, garderont sans doute leurs parts pratiquement inchangées", commente le courtier milanais Banca Akros.

Les entreprises italiennes suscitent l'intérêt des investisseurs chinois depuis quelques années. La Banque populaire de Chine a pris l'an dernier une participation d'un peu plus de 2% dans le pétrolier Eni, l'assureur Generali et le constructeur automobile Fiat. State Corporation of Chine a investi en 2014 dans la distribution d'électricité en Italie.

Pirelli attire particulièrement les investisseurs asiatiques en raison d'une taille relativement petite et de ses fortes marges bénéficiaires par rapport à la concurrence, expliquent des banquiers.

Le cinquième pneumaticien mondial a pu augmenter ses marges même en période de déprime pour l'automobile européenne en se recentrant sur du haut de gamme réservé au segment du luxe.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...