Bourse > Engie > Engie : Un hiver trop doux pèse sur le 1er trimestre d'E.ON
ENGIEENGIE ENGI - FR0010208488ENGI - FR0010208488
11.240 € -0.22 % Temps réel Euronext Paris
11.285 €Ouverture : -0.40 %Perf Ouverture : 11.335 €+ Haut : 11.185 €+ Bas :
11.265 €Clôture veille : 2 272 670Volume : +0.09 %Capi échangé : 27 373 M€Capi. :

Engie : Un hiver trop doux pèse sur le 1er trimestre d'E.ON

Un hiver trop doux pèse sur le 1er trimestre d'E.ONUn hiver trop doux pèse sur le 1er trimestre d'E.ON

FRANCFORT (Reuters) - E.ON, numéro un allemand des services aux collectivités, a annoncé mardi une baisse de 12% de son excédent brut d'exploitation au cours des trois premiers mois de l'année, invoquant un hiver trop doux et des prix de gros trop faibles.

L'Ebitda (bénéfice avant intérêts, taxes, dépréciations et amortissements) est ressorti à 3,16 milliards d'euros, un niveau légèrement inférieur aux 3,2 milliards prévus en moyenne dans le consensus Reuters.

Sur la période, ses ventes de gaz se sont effondrées de près d'un quart à 309,7 milliards de kilowatts/heure (kWh), a dit le groupe allemand qui a pointé du doigt des "températures bien supérieures à la moyenne à long terme".

E.ON a toutefois maintenu sa prévision pour 2014, disant s'attendre à un Ebitda de 8 à 8,6 milliards d'euros et à un résultat net courant compris entre 1,5 et 1,9 milliard.

La tendance annoncée par E.ON va dans le sens de celles qu'ont données ses principaux concurrents comme GDF Suez ou encore EnBW qui ont également expliqué que la clémence de l'hiver avait pesé sur leurs résultats au premier trimestre.

Le secteur allemand des services aux collectivités éprouve les plus grandes difficultés à trouver de nouveaux relais de croissance après une phase d'expansion des énergies renouvelables qui menace le modèle d'entreprise traditionnel fondé sur l'utilisation de centrales d'énergie conventionnelles, fonctionnant le plus souvent au gaz.

E.ON, dont la part de marché s'est effondrée de plus de moitié depuis 2010, s'est engagé dans un plan de fermeture ou de mise en sommeil de plus d'un quart de ses capacités de production en Europe et a cédé pour environ 20 milliards d'actifs pour surmonter une crise exacerbée par une baisse de la demande en énergie.

Confronté à un lourd endettement, E.ON réfléchit à vendre de nouveaux actifs, essentiellement en Italie et en Espagne, pour éponger une partie de sa dette.

(Christoph Steitz,; Nicolas Delame pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...