Bourse > Engie > Engie : Les perspectives de gdf suez jugées décevantes
ENGIEENGIE ENGI - FR0010208488ENGI - FR0010208488
11.850 € -0.04 % Temps réel Euronext Paris
11.945 €Ouverture : -0.80 %Perf Ouverture : 11.945 €+ Haut : 11.760 €+ Bas :
11.855 €Clôture veille : 768 819Volume : +0.03 %Capi échangé : 28 858 M€Capi. :

Engie : Les perspectives de gdf suez jugées décevantes

tradingsat

par Benjamin Mallet et Caroline Jacobs

PARIS (Reuters) - GDF Suez a annoncé jeudi qu'il visait un résultat net récurrent au moins stable en 2012 et en croissance d'ici 2015, en misant notamment sur son développement à l'international et sur une stabilisation du cadre réglementaire dans le gaz en France.

Certains analystes ont toutefois estimé que le marché européen du gaz limitait les perspectives du groupe, dont l'action enregistrait dans la matinée la plus forte baisse du CAC 40.

L'énergéticien français, qui a vu ses résultats 2011 dopés par la prise de contrôle du britannique International Power mais freinés par la baisse de ses ventes de gaz auprès des grands clients européens, table pour l'exercice en cours sur un résultat net récurrent part du groupe compris entre 3,5 et 4 milliards d'euros (contre 3,5 milliards en 2011).

Il vise également cette année des investissement bruts de 11 milliards environ et un dividende ordinaire égal ou supérieur à celui versé au titre de 2011.

GDF Suez a toutefois prévenu que ces objectifs reposaient notamment sur l'hypothèse d'une répercussion totale de ses coûts d'approvisionnement sur les tarifs réglementés du gaz en France alors qu'ils ont en partie été gelés en 2011, pénalisant son résultat brut d'exploitation (Ebitda).

Le groupe n'a en outre pas confirmé son objectif d'Ebitda de plus de 20 milliards en 2013, annoncé il y a un an avant le retour de la crise économique et financière, indiquant simplement qu'il devrait enregistrer des chiffres de 17 milliards en 2012 et 21 milliards en 2015.

PRÉVISION "PRUDENTE"

Hors impact climatique et gel du tarif du gaz en France, l'Ebitda de GDF Suez a atteint 17,4 milliards d'euros en 2011, en phase avec son propre objectif.

"GDF Suez a publié des résultats 2011 en ligne avec nos attentes mais a fourni une prévision en dessous de nos anticipations et de celles du consensus", écrit dans une note Sofia Savvantidou, analyste chez Citigroup.

"Nous pensons que les deux principales raisons (expliquant cette prévision) sont liées aux marchés du gaz, en particulier en Europe, et à l'engagement en matière de solidité de la structure financière plus qu'en matière de croissance."

En Bourse à 10h20, l'action GDF Suez reculait de 4,13% à 20,44 euros, enregistrant la plus forte baisse d'un CAC 40 en hausse de 0,67%.

La société table à horizon 2015 sur un résultat net récurrent, part du groupe, de l'ordre de 5 milliards d'euros "à climat moyen et régulation stable", avec un niveau d'investissements bruts d'environ 9 à 11 milliards d'euros par an et un dividende stable ou en croissance sur la période 2013-2015.

"Notre 'guidance' pour 2012 est prudente car nous sommes dans un environnement extrêmement incertain", a souligné le PDG Gérard Mestrallet lors d'une conférence avec les analystes.

CONTRATS DE GAZ RENÉGOCIÉS

GDF Suez, dont les contrats d'approvisionnement sont majoritairement indexés sur des prix du pétrole en hausse, a de nouveau dû faire face en 2011 à un faible niveau des prix du gaz sur les marchés spot, due aux effets combinés de la crise et des surcapacités au niveau mondial, accompagnée d'une décorrélation avec les prix du brut qui ne devrait pas se résorber selon lui avant 2014.

Le groupe a cependant renégocié en 2011 la quasi-totalité de ses contrats de gaz à long terme, notamment avec Gazprom, afin d'augmenter leur indexation sur les prix de marché au dessus de 25% (contre 10% en janvier 2011), d'abaisser les prix indexés sur le pétrole et de raccourcir les cycles de révision de prix, ce qui lui permettra de faire baisser ses coûts d'approvisionnement.

GDF Suez a enregistré en 2011 un résultat net, part du groupe, de 4.003 millions d'euros (-13,3%), un Ebitda de 16.525 millions (+9,5%) et des ventes de 90.673 millions (+7,3%).

Selon le consensus réalisé par la rédaction de Reuters et Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 4.599 millions d'euros, un Ebitda de 16.511 millions et un chiffre d'affaires de 90.004 millions.

GDF Suez propose un dividende ordinaire de 1,50 euro par action au titre de 2011, identique à celui versé au titre de 2010.

Sa dette nette s'élevait à 37,6 milliards d'euros à fin 2011, en recul de 4 milliards par rapport au chiffre pro forma de fin 2010, grâce notamment à un programme de cessions de 10 milliards sur la période 2011-2013 dont les deux tiers étaient déjà réalisés à la fin de l'année dernière.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...