Bourse > Engie > Engie : Avec Suez, Engie accélérerait sa transformation à moindres frais
ENGIEENGIE ENGI - FR0010208488ENGI - FR0010208488
11.935 € -0.08 % Temps réel Euronext Paris
11.950 €Ouverture : -0.13 %Perf Ouverture : 11.980 €+ Haut : 11.865 €+ Bas :
11.945 €Clôture veille : 5 661 520Volume : +0.23 %Capi échangé : 29 065 M€Capi. :

Engie : Avec Suez, Engie accélérerait sa transformation à moindres frais

Avec Suez, Engie accélérerait sa transformation à moindres fraisAvec Suez, Engie accélérerait sa transformation à moindres frais

par Benjamin Mallet et Geert De Clercq

PARIS (Reuters) - Reprendre le contrôle de Suez permettrait à Engie d'accélérer sa transformation sans forcément passer par une offre de rachat coûteuse.

Le scénario, évoqué par la presse, paraît d'autant plus crédible que l'énergéticien n'a pas démenti son intérêt pour Suez, numéro deux mondial de la gestion de l'eau et des déchets, dont il détient encore 33,4% du capital après avoir laissé expirer un pacte d'actionnaires de contrôle du groupe en 2013.

Selon un schéma privilégié par plusieurs analystes, Engie pourrait fusionner sa filiale de services énergétiques Cofely avec Suez afin de porter sa participation dans le groupe à 66% environ.

"Echanger Cofely contre de nouvelles actions Suez, avec un ratio d'échange intelligemment équilibré, serait la démarche la plus souple et la plus judicieuse d'un point de vue industriel", estime dans une note Julie Arav, analyste chez Kepler Cheuvreux.

Ce schéma aurait l'avantage d'éviter à Engie une importante sortie de cash, ou en tout cas de la limiter, lui permettant ainsi de consacrer à d'autres investissements les produits de son programme de cessions d'actifs qui, selon la presse, pourrait atteindre 15 à 20 milliards d'euros sur 2016-2018.

Secoué par la chute des prix de l'électricité et du gaz en Europe, l'ex-GDF Suez reconnaît en outre qu'il doit revoir les contours de son portefeuille d'actifs pour trouver de nouveaux relais de croissance en ciblant notamment les services, les actifs régulés et les renouvelables.

"L'économie circulaire, avec le recyclage et la valorisation des déchets, mais aussi le traitement de l'eau pour les industriels, sont des marchés à fort potentiel pour Suez. On ne parle pas d'une croissance à deux chiffres, mais c'est supérieur à ce que peut faire Engie seul", estime Xavier Caroen, analyste chez Bryan Garnier.

AVEC COFELY, SUEZ DOUBLERAIT DE TAILLE

Une fusion avec Cofely permettrait à Suez de doubler de taille, à près de 30 milliards d'euros de chiffre d'affaires, en dotant le groupe d'un troisième pilier avec les services énergétiques, à l'image de ce qu'a fait son grand rival Veolia avec Dalkia.

Une opération de ce type "accélérerait potentiellement la croissance des deux groupes et consoliderait leurs positions", estime Vincent Ayral, chez Société générale, soulignant que Suez serait alors en mesure de proposer des offres "clés en main" combinant la gestion de l'eau, des déchets et de l'énergie.

Les offres de Cofely en matière d'efficacité énergétique dans les services (gestion de la consommation des bâtiments, réseaux de chaleur et de froid), l'ingénierie et l'installation-maintenance (génie électrique, systèmes d'information) pourraient en outre dégager des synergies commerciales avec celles de Suez.

"En analysant de près les synergies entre les activités eaux et déchets de Veolia et Dalkia, nous comprenons qu'elles proviennent principalement du côté commercial dans la mesure où Dalkia apparaît dans la plupart des cas comme le point d'entrée pour discuter avec les clients industriels", relève Julie Arav.

Selon un investisseur institutionnel de Suez, les actionnaires minoritaires du groupe seraient avant tout soucieux d'obtenir une valorisation de Cofely à leur avantage dans le cadre d'un rapprochement avec Engie.

Engie, qui confirme ne pas avoir mandaté de banque en vue d'une opération, n'a pas souhaité faire davantage de commentaires mais sera attendu sur le sujet jeudi lors de la publication de ses résultats annuels.

"Ça me semble un peu tôt pour Engie d'annoncer quoi que ce soit sur Suez car le groupe a déjà beaucoup à faire en interne pour donner une vision cohérente de ce qu'il veut faire, entre la baisse des coûts et les cessions d'actifs", estime cependant Xavier Caroen. 

Suez, qui publiera ses propres résultats 2015 mercredi, n'a pas non plus commenté l'hypothèse d'un rapprochement avec Engie.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...