Bourse > Eiffage > Eiffage : Eiffage prévoit un rebond de son résultat net en 2012
EIFFAGEEIFFAGE FGR - FR0000130452FGR - FR0000130452
60.830 € -1.04 % Temps réel Euronext Paris
61.600 €Ouverture : -1.25 %Perf Ouverture : 61.600 €+ Haut : 60.560 €+ Bas :
61.470 €Clôture veille : 328 744Volume : +0.34 %Capi échangé : 5 966 M€Capi. :

Eiffage : Eiffage prévoit un rebond de son résultat net en 2012

Eiffage prévoit un rebond de son résultat net en 2012Eiffage prévoit un rebond de son résultat net en 2012

par Gilles Guillaume et Elena Berton

PARIS (Reuters) - Eiffage a annoncé jeudi qu'il prévoyait de redresser cette année son résultat net, après la baisse enregistrée en 2011, grâce à une poursuite de la croissance de son chiffre d'affaires et à une amélioration des marges dans les travaux.

Malgré un retour de la croissance de son chiffre d'affaires, le groupe de BTP et de concessions a vu son bénéfice net, part du groupe, reculer l'an dernier de 11,6% à 205 millions d'euros, alors qu'il avait grimpé de 22,1% l'année précédente.

Le résultat a été impacté cette fois par des coûts de restructuration et la fermeture de filiales en République tchèque, en Belgique et aux Pays-Bas, ainsi que par les frais financiers sur l'endettement liés notamment à la mise en service de nouvelles sections d'autoroutes.

Il ressort inférieur au consensus Thomson Reuters établi auprès de 14 analystes et qui donnait 221 millions.

"Nous attendons (en 2012) une augmentation du ROC et du résultat net pour toutes les branches travaux, et en ce qui concerne les autoroutes, un trafic sans doute un peu moins dynamique que l'année passée mais une progression globale du chiffre d'affaires (...)", a déclaré le directeur général du groupe, Pierre Berger, au cours d'une conférence avec les analystes.

"Ce qui devrait nous conduire à une hausse attendue du résultat, y compris du résultat net, même avec un impact négatif des frais financiers qui sera compensé par la hausse des marges travaux", a-t-il ajouté.

Eiffage a précisé par la suite, dans une présentation, s'attendre en 2012 à un chiffre d'affaires de 14 milliards d'euros, ce qui représenterait une croissance de 2,2% contre +3% en 2011, année de redémarrage de l'activité après deux ans consécutifs de stagnation.

Cette hausse viendra surtout de la construction - métallique et autre - tandis que dans les concessions autoroutières, où le trafic est attendu stable cette année, la croissance viendra intégralement de l'augmentation du prix des péages entrée en vigueur en février.

MARGES EN HAUSSE DANS L'ÉNERGIE, EN BAISSE DANS LES TP

Eiffage, dont les marges ont été pénalisées ces dernières années par la conjoncture économique et par des problèmes dans l'exécution de certains contrats, notamment d'hôpitaux, a vu en 2011 sa marge opérationnelle courante totale augmenter à 8,0%, contre 7,8% en 2010.

L'impressionnant niveau de 40,4% affiché dans les autoroutes contraste toutefois avec une baisse de la marge dans les travaux à 2,3%, contre 2,5%.

Dans cette branche, la marge de l'énergie a commencé à se redresser grâce aux restructurations engagées, mais celle des travaux publics est tombée à 0,2%, contre 1,7% en 2010, conséquence de pertes sur le stade de Lille et de difficultés dans l'activité routes, qui fait l'objet à son tour d'un plan de restructuration.

La dette nette du groupe, héritée en grande partie de la privatisation des autoroutes françaises en 2006, a baissé pour la première fois depuis deux ans, de 4,5% à 12,6 milliards d'euros grâce à une cession, à la variation du BFR et aux cash-flows d'exploitation générés par les concessions.

Eiffage a promis de poursuivre ce désendettement en 2012, année marquée par une bonne visibilité puisque le carnet de commandes a atteint un niveau historique de 13,5 milliards d'euros, grâce notamment à la signature du contrat de la LGV Bretagne-Pays de Loire, soit près d'un an d'activité.

"Nous n'avons pas subi de contrecoup commercial suite à l'affaire du Carlton, aucune affaire n'a été perdue par le groupe suite à cela", a répondu Pierre Berger à une question sur l'affaire de proxénétisme dans laquelle l'ex-employé d'une filiale d'Eiffage à Lille est mis en examen.

"Une enquête est en cours et je n'ai aucune raison de penser que le groupe sera attaqué ou recherché pour opérations non transparentes ou autorisées liées à ces opérations qui sont complètement indépendantes de la marche du groupe Eiffage."

Avant la publication des résultats annuels, l'action Eiffage a clôturé à 25,41 euros, donnant une capitalisation boursière de l'ordre de 2,3 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre a pris près de 40%, après avoir dévissé de plus de 43% sur l'ensemble de 2011.

Gilles Guillaume, édité par Gwénaëlle Barzic

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...