Bourse > Edf > Edf : Rpt-nouvelle offre d'edf pour prendre le contrôle d'edison
EDFEDF EDF - FR0010242511EDF - FR0010242511
9.910 € +1.01 % Temps réel Euronext Paris
9.770 €Ouverture : +1.43 %Perf Ouverture : 9.929 €+ Haut : 9.750 €+ Bas :
9.811 €Clôture veille : 522 530Volume : +0.02 %Capi échangé : 20 902 M€Capi. :

Edf : Rpt-nouvelle offre d'edf pour prendre le contrôle d'edison

tradingsat

Répétition du titre de la dépêche.

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - EDF a annoncé lundi avoir fait de nouvelles propositions à ses partenaires au sein d'Edison en vue d'une prise de contrôle du deuxième acteur des marchés italiens de l'électricité et du gaz, mais sans s'engager sur un prix de rachat des minoritaires.

L'électricien public français propose à la holding Delmi, qui regroupe les actionnaires italiens d'Edison, de racheter les titres qu'elle détient dans trois ans et à un prix qui serait déterminé à partir d'un multiple d'Ebitda d'un échantillon de sociétés cotées comparables.

"Ainsi, les partenaires qui souhaiteraient céder leurs titres pourraient bénéficier des efforts de redressement de la rentabilité du groupe Edison", a fait valoir EDF, qui estime avoir répondu aux attentes de ses partenaires par rapport à un projet d'accord bloqué en mars par le gouvernement italien.

EDF, qui contrôle Edison conjointement avec un groupe d'investisseurs italiens mené par A2A et Iren, a également annoncé qu'il ferait auprès de la Consob, l'autorité italienne des marchés, une demande d'exemption de lancement d'une offre publique obligatoire sur le reste du capital d'Edison.

"C'est totalement inacceptable", a aussitôt répondu Graziano Tarantini, président du conseil de surveillance d'A2A.

A Milan, l'action Edison a terminé en baisse de 5,96% à 0,884 euro après avoir été un temps réservée à la baisse après le communiqué d'EDF.

Le titre EDF a lui terminé en hausse de 1,58% à 22,89 euros tandis que le CAC 40 a pris 1,55%.

"Je me demande à quoi joue EDF. Aucun des termes mis sur la table ne répond aux demandes d'A2A ou d'Iren", s'interroge un analyste à Londres, qui juge la stratégie d'EDF potentiellement préjudiciable à ses intérêts en Italie.

Un analyste basé à Paris souligne quant à lui qu'EDF a les moyens d'employer la manière forte, les actionnaires d'Edison n'ayant personne d'autre à qui vendre leurs actions.

"PRÉSERVER L'IDENTITÉ ITALIENNE"

Les actionnaires italiens d'Edison ont de leur côté proposé à EDF de valoriser à la valeur comptable une option de vente à trois ans de leur participation, avait dit à Reuters le 13 octobre une source proche du dossier.

Le groupe français propose en outre à A2A, actionnaire majoritaire de Delmi, et à Iren, qui regroupe des partenaires industriels au sein de la structure, d'échanger leurs participations respectives de 20% et 10% dans Edipower contre 100% du capital de la société Edens, actuellement filiale à 100% d'Edison et quatrième producteur d'électricité d'origine renouvelable en Italie.

Le groupe fait valoir qu'il veut renforcer la position d'Edison en matière de production d'électricité en Italie en lui conférant un plein contrôle sur Edipower, dont il ne détient que 50% du capital et des droits de vote.

Edipower possède neuf centrales, dont trois hydroélectriques, pour une capacité installée de 7.630 mégawatts à fin 2008.

Par ailleurs, A2A et Iren disposeraient d'une option permettant d'acquérir la centrale hydroélectrique de Mese à une valeur de marché dans trois ans.

Si les proposition formulées par EDF étaient acceptées par ses partenaires, le groupe resterait autour de 50% du capital - avant exercice de l'option d'achat dans trois ans - tout en prenant le contrôle opérationnel de la société, a précisé lors d'une conférence téléphonique Thomas Piquemal, le directeur financier d'EDF.

Le français, qui veut faire d'Edison sa plate-forme de développement dans l'amont gazier, entend permettre au groupe italien de se développer dans le bassin méditerranéen dans le domaine de la production thermique et hydraulique.

Il prévoit en outre de "préserver l'identité italienne" de la société, avec le maintien de son siège et de sa cotation à Milan et d'une "forte base actionnariale italienne".

"OEUVRE D'ART"

"Nous avons compris (que l'accord de mars) n'était pas acceptable parce qu'il n'y avait pas de 'put option' dans cet accord, c'est-à-dire que nous n'offrions pas à nos partenaires italiens la possibilité de céder leurs titres à EDF dans un certain horizon de temps", a déclaré Thomas Piquemal.

"Nous pensons que nous avons un certain nombre de synergies à apporter au groupe Edison dans le domaine industriel, du trading, des achats et dans le domaine financier", a dit aussi Thomas Piquemal, sans fournir de chiffres.

La nouvelle proposition du groupe français intervient alors qu'un pacte d'actionnaires complexe entre EDF et les investisseurs italiens, prolongé en septembre, arrive à son terme à la fin du mois.

"(Le pacte) est une oeuvre d'art. On a d'ailleurs du mal à y toucher", a commenté le directeur financier d'EDF.

Si aucun accord n'est trouvé sur Edison, EDF aura la possibilité de dénoncer le pacte, ce qui entraînerait une mise aux enchères des actions Edison.

"La 'deadline' du 31 octobre est évidemment valide (...) Evidemment, si nous pensons que nos propositions peuvent être acceptées, si les grandes lignes d'un accord peuvent se dessiner autour de ces propositions, pour finaliser tous ces contrats, on sera naturellement prêt à prendre un petit peu plus de temps, sous réserve qu'on ait de la confiance dans notre capacité à aboutir à un accord", a indiqué Thomas Piquemal.

Avec Marie Maitre, Stephen Jewkes et Giancarlo Navach, Natalie Huet pour le service français, édité par Catherine Monin

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...