Bourse > Edf > Edf : MAN attend des commandes faibles en 2014 après le rush actuel
EDFEDF EDF - FR0010242511EDF - FR0010242511
9.811 € -0.55 % Temps réel Euronext Paris
9.857 €Ouverture : -0.47 %Perf Ouverture : 9.913 €+ Haut : 9.775 €+ Bas :
9.865 €Clôture veille : 1 870 340Volume : +0.09 %Capi échangé : 20 693 M€Capi. :

Edf : MAN attend des commandes faibles en 2014 après le rush actuel

MAN attend des commandes faibles en 2014 après le rush actuelMAN attend des commandes faibles en 2014 après le rush actuel

BERLIN (Reuters) - Le constructeur allemand de poids lourds MAN a déclaré mardi s'attendre à des commandes faibles l'an prochain, les transporteurs ayant accéléré leurs achats de véhicules avant l'entrée en vigueur de nouvelles normes d'émissions plus strictes.

Le bond de 22% de ses prises de commandes au troisième trimestre, à 4,3 milliards d'euros, pourrait donc résulter d'un courant d'achats sans lendemain, déclenché par la perspective d'un abaissement des plafonds d'émissions pour les camions au sein de l'Union européenne, qui devrait renchérir leur prix à partir du 1er janvier, a expliqué le groupe.

Son bénéfice d'exploitation a atteint 189 millions d'euros contre 187 millions au troisième trimestre 2012.

Au deuxième trimestre, les commandes avaient stagné et le résultat opérationnel avait chuté de 67% à 72 millions d'euros.

"Nous devons partir du principe que ces commandes se répéteront pas au cours des trimestre à venir", a dit le président du directoire, Georg Pachta-Reyhofen, cité dans un communiqué.

L'amélioration des performances au troisième trimestre "ne peut pas encore être interprétée comme une inversion de tendance."

Le groupe de Munich, qui produit aussi des moteurs et des turbines, a confirmé sa prévision 2013 d'une baisse "prononcée" du bénéfice d'exploitation et d'une stabilité de son chiffre d'affaires. Sa marge d'exploitation pourrait chuter nettement sous les 6,1% de l'an dernier, a précisé Georg Pachta-Reyhofen.

La filiale de Volkswagen a annoncé en juillet qu'elle pourrait accuser une perte nette cette année en raison de l'impact fiscal de son absorption par VW et de provisions passées pour couvrir les risques liés aux chantiers de construction de centrales électriques pour EDF aux Antilles et en Corse.

Andreas Cremer, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...