Bourse > Edf > Edf : La démission du directeur financier sème la zizanie en Bourse
EDFEDF EDF - FR0010242511EDF - FR0010242511
9.286 € +3.18 % Temps réel Euronext Paris
9.096 €Ouverture : +2.09 %Perf Ouverture : 9.342 €+ Haut : 9.085 €+ Bas :
9.000 €Clôture veille : 1 964 200Volume : +0.09 %Capi échangé : 19 585 M€Capi. :

Edf : La démission du directeur financier sème la zizanie en Bourse

(Tradingsat.com) - Le directeur financier du groupe, Thomas Piquemal a décidé de quitter le groupe public, étant en désaccord sur la faisabilité du projet de construction de deux réacteurs nucléaires nouvelle génération en Angleterre. En Bourse, le titre EDF souffre.

Voilà une décision qui risque de jeter un peu plus le doute sur la future construction des EPR de Hinkley Point, au Royaume-Uni.

Ce projet, déjà très controversé vient de provoquer une crise au sein de la direction d'EDF. Le directeur financier du groupe, Thomas Piquemal, a en effet démissionné en raison des doutes sur sa faisabilité.

"Le directeur financier a présenté sa démission la semaine dernière à Jean-Bernard Lévy (le PDG d'EDF, ndlr) en raison d'un désaccord sur Hinkley Point", a ainsi indiqué une source à l'AFP. EDF a ensuite confirmé l'information indiquant que Thomas Piquemal serait provisoirement remplacé par Xavier Girre, jusqu'ici directeur financier pour la France.

En Bourse EDF était malmené à la suite de cette annonce, l'électricien perdait plus de 8%. Vers 10h, le titre perdait plus de 8,5%.

Le désaccord porte "sur la faisabilité à court terme" de ce projet gigantesque de 18 milliards de livres (23,2 milliards d'euros), pour lequel EDF tarde à prendre une décision finale d'investissement, ultime étape pour sa concrétisation. Le groupe contrôlé à 84,5% par l'Etat français n'a pas souhaité faire de commentaire, mais selon la même source, l'annonce officielle de la démission devrait intervenir lundi.

Elle a aussi précisé que le directeur financier ne souhaitait pas précipiter l'érection des deux réacteurs, censés entrer en service en 2025 sur le site d'Hinkley Point C, dans le sud-ouest de l'Angleterre. "Il a estimé qu'à un moment, il fallait prendre ses responsabilités", a-t-elle dit.

Un alourdissement de la dette

D'après l'agence Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, Thomas Piquemal s'inquiétait notamment que la décision finale d'investissement puisse être annoncée dès début avril. Cette opération compromettrait, selon lui, la santé financière du groupe, déjà confronté à d'importants défis ces prochaines années, dans un environnement énergétique déprimé en Europe et un contexte réglementaire jugé défavorable.

Lors de la publication des résultats annuels d'EDF mi-février, le PDG Jean-Bernard Lévy avait assuré que cette décision finale était "très proche".

EDF a dû prendre une participation majoritaire de 66,5% dans la future centrale, aux côtés de l'entreprise publique chinoise CGN qui assumera un tiers du financement après le retrait d'Areva - le concepteur de l'EPR - en raison de ses affres financiers.

Cela signifie que l'électricien devra consolider l'investissement dans ses comptes, alors que son bilan affichait déjà une dette nette de 37,4 milliards d'euros à la fin 2015 et que son cours de Bourse a fondu de plus de moitié en un an. Parallèlement, EDF devra assurer son grand carénage, à savoir la maintenance lourde de ses 58 réacteurs français, estimée à environ 50 milliards d'euros. Il devra aussi financer le rachat de l'activité réacteurs d'Areva, tout en poursuivant son objectif stratégique de doubler son parc de production d'énergies renouvelables à l'horizon 2030.

À court terme, le groupe a pour principal enjeu d'affronter l'effondrement des prix de marché de l'électricité dans un environnement de plus en plus concurrentiel.

Un "très bon investissement" pour Macron

Les inquiétudes de Thomas Piquemal sur Hinkley Point rejoignent celles des syndicats d'EDF: ils demandent le report du projet, qui a fait l'objet d'un accord commercial en octobre 2015, craignant eux aussi que le coût de la construction ne menace l'existence de l'électricien public. La France et la Grande-Bretagne avaient pourtant réaffirmé jeudi leur attachement au projet, qualifié de "pilier" de leur relation bilatérale.

"Ce projet stratégique majeur constituera un élément-clé de la politique énergétique britannique, en offrant à l'horizon 2025 la garantie d'une électricité sûre, compétitive et sobre en carbone", avaient écrit les deux pays dans un document diffusé à l'issue d'un sommet franco-britannique à Amiens.

Deux jours auparavant, le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, était déjà monté au front pour défendre la construction des deux EPR, la qualifiant de "très bon investissement" pour l'électricien français. L'annonce de la démission du directeur financier est aussi un nouveau coup dur pour l'EPR, produit phare de la filière nucléaire tricolore, qui accumule déjà d'importants déboires à Flamanville (Manche) et en Finlande, où il est en cours de construction.

J.M.avec AFP


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...