Bourse > Edf > Edf : Bryan Garnier conseille de vendre et vise 12 euros
EDFEDF EDF - FR0010242511EDF - FR0010242511
10.750 € +0.51 % Temps réel Euronext Paris
10.685 €Ouverture : +0.61 %Perf Ouverture : 10.795 €+ Haut : 10.615 €+ Bas :
10.695 €Clôture veille : 1 518 320Volume : +0.07 %Capi échangé : 22 673 M€Capi. :

Edf : Bryan Garnier conseille de vendre et vise 12 euros

tradingsat

(CercleFinance.com) - Bryan, Garnier & Co. a entamé ce matin le suivi du titre EDF avec un premier conseil de 'vente'. L'argument principal des analystes repose sur les investissements que va devoir consentir le groupe, dont le parc de centrales est relativement âgé, alors qu'il est confronté parallèlement à des tarifs contraints et à un versement de dividende exigé par son principal actionnaire, l'Etat. La juste valeur de l'action EDF calculé par Bryan Garnier ressort donc à 12 euros, à comparer avec un cours de Bourse actuel de 14,1 euros (- 1,9%).

En Bourse de Paris où l'indice CAC 40 se tasse de 0,7%, l'action EDF recule de 1,8% à 14,1 euros.

Les analystes résument ainsi leur argument : 'EDF génère structurellement des free cash flows avant dividendes négatifs, rendant sa trajectoire d'endettement insoutenable.' Les investissements du groupe sont estimés à 100 milliards d'euros d'ici 2020, alors que son 'déficit tarifaire structurel' français est estimé à 62% de l'excédent brut d'exploitation. Le tout s'accompagne d'un dividende qui, depuis 2006, se maintient aux environs de 1,15 euro alors qu'en 2006 et 2011, les bénéfices ont chuté de 5,6 à 3 milliards d'euros.

L'Etat, qui contrôle 85% du capital du groupe, compte sur ses dividendes EDF (1,8 milliards d'euros par an environ) concentrant quelque 40% du montant total de ceux qu'il perçoit chaque année.

Or 'contraint par le maintien du dividende et un déficit tarifaire en France, EDF sera obligé de réduire ses capex (investissements, ndlr) de développement, grevant sa croissance à moyen-terme, et de procéder à des cessions d'actifs dilutives, vidant le groupe de sa substance'.

Contraint par son bilan, le groupe devra selon Bryan Garnier ramener son rythme d'investissements de 15 à 12/13 milliards par an.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...