Bourse > Dow chemical > Dow chemical : ChemChina offre 43 milliards de dollars pour Syngenta
DOW CHEMICALDOW CHEMICAL DOWCP - US2605431038DOWCP - US2605431038
23.440 € +3.03 %
22.800 €Ouverture : +2.81 %Perf Ouverture : 23.440 €+ Haut : 22.750 €+ Bas :
22.750 €Clôture veille : 4 361Volume : +0.00 %Capi échangé : 23 003 M€Capi. :

Dow chemical : ChemChina offre 43 milliards de dollars pour Syngenta

Marché : ChemChina offre 43 milliards de dollars pour SyngentaMarché : ChemChina offre 43 milliards de dollars pour Syngenta

BALE, Suisse (Reuters) - Le groupe public chinois ChemChina a conclu le rachat pour 43 milliards de dollars (39,4 milliards d'euros) du producteur suisse de semences et de pesticides Syngenta, ont annoncé les deux sociétés mercredi, lançant la plus grosse acquisition jamais tentée à l'étranger par une entreprise chinoise.

Le projet marque une nouvelle étape du mouvement de consolidation du secteur de l'agrochimie et constitue un revers pour l'américain Monsanto, dont le groupe suisse avait repoussé l'an dernier une offre de 45 milliards de dollars.

S'il est mené à bien, il constituera de loin le plus gros investissement chinois dans le rachat d'une entreprise étrangère, puisque son montant représente plus du double des 17,7 milliards de dollars mis sur la table par le groupe pétrolier CNOOC en 2012 pour acquérir le canadien Nexen.

Le directeur général de Syngenta, John Ramsay, a déclaré qu'aucun obstacle réglementaire ne devrait entraver le projet et que ChemChina s'était déjà assuré les financements nécessaires.

Il a précisé à Reuters que les autorités de la concurrence devraient notamment constater les doublons très limités entre les activités des deux groupes. Et il a ajouté que le Comité des investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS), qui prend en compte entre autres les impératifs de sécurité nationale, ne devrait pas constituer un obstacle important.

Tout en jugeant que l'offre était "tout à fait appropriée et attractive" pour les actionnaires de son groupe, John Ramsay a assuré que le conseil d'administration étudierait d'éventuelles contre-offres.

LE SIÈGE SOCIAL RESTE EN SUISSE

ChemChina, abréviation de China National Chemical Corp, s'est engagé à verser trois milliards de dollars à sa cible s'il ne répond pas à la totalité des conditions requises à l'exécution du projet d'offre. A l'inverse, Syngenta devra environ 1,5 milliard de dollars au chinois si le projet dévoilé mercredi échoue à cause du groupe suisse.

"Les discussions entre nos deux sociétés ont été amicales et constructives, et nous sommes ravis que cette collaboration

ait pu aboutir à l’accord annoncé aujourd’hui", a déclaré Ren Jianxin, le président de ChemChina.

L'action Syngenta gagnait 6,04% à 416 francs à 9h15 GMT sur le marché suisse, l'une des plus fortes hausses de l'indice paneuropéen Stoxx 600. Elle restait toutefois bien en dessous du prix de 465 dollars, soit environ 480 francs, offert par ChemChina.

Au prix de 465 dollars par action de l'offre en numéraire doit s'ajouter un dividende spécial de cinq francs suisses par titre.

"Le dividende ordinaire proposé de 11 francs suisses sera payé en plus", a précisé Syngenta, ajoutant qu'une introduction en Bourse future du nouvel ensemble était envisagée.

"Syngenta restera une entreprise de stature mondiale avec son siège domicilié en Suisse", a assuré le groupe dans un communiqué.

Le projet de rachat marque la dernière étape en date de la stratégie chinoise d'implantation dans des technologies et des réseaux de distribution occidentaux, qui a déjà conduit ChemChina à racheter l'an dernier le fabricant italien de pneus Pirelli pour 7,3 milliards d'euros puis en janvier le constructeur allemand de machines-outils KraussMaffei Group pour environ un milliard de dollars.

L'AGRICULTURE, ENJEU CLÉ POUR LA CHINE

Dans le cas de Syngenta, la volonté des autorités chinoises d'augmenter la productivité du secteur agricole national a sans doute aussi constitué une motivation supplémentaire, Pékin cherchant à réduire sa dépendance aux importations alimentaires malgré la disponibilité réduite de terres arables, l'augmentation de sa population et celle de la consommation de viande.

Michel Demaré, le président de Syngenta, a dit que ChemChina pourrait étudier d'autres opérations sur le marché de l'agrochimie.

"ChemChina a une vision très ambitieuse de l'avenir du secteur. A l'évidence, il est très motivé par la volonté d'assurer l'approvisionnement alimentaire de 1,5 milliard de personnes et il sait que seule la technologie peut permettre d'y parvenir", a-t-il expliqué lors d'une téléconférence.

En Occident, la surproduction de maïs et de soja a pesé sur les cours des céréales ces trois dernières années, ce qui affecte les dépenses de matériel agricole, de semences et de pesticides, et favorise la consolidation du secteur.

DuPont et Dow Chemical ont annoncé en décembre un projet de fusion de 130 milliards de dollars, qui doit créer à termes trois groupes indépendants dont un centré sur l'agrochimie.

(Ludwig Burger et Michael Shields, Wilfrid Exbrayat et Marc Angrand pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...