Bourse > Dexia > Dexia : Prêt de dexia à ses actionnaires pour acheter ses propres titres
DEXIADEXIA DEXB - BE0974290224DEXB - BE0974290224
11.105 € -0.49 %
11.350 €Ouverture : -2.16 %Perf Ouverture : 11.350 €+ Haut : 11.100 €+ Bas :
11.160 €Clôture veille : 1 401Volume : +0.00 %Capi échangé : 21 643 M€Capi. :

Dexia : Prêt de dexia à ses actionnaires pour acheter ses propres titres

Prêt de dexia à ses actionnaires pour acheter ses propres titresPrêt de dexia à ses actionnaires pour acheter ses propres titres

LONDRES (Reuters) - Dexia a prêté 1,5 milliard d'euros à ses deux premiers actionnaires institutionnels afin qu'ils procèdent à des acquisitions de titres de la banque franco-belge avant 2008, rapporte vendredi le Financial Times.

Selon le journal, Holding Communal, organisme représentant de grandes municipalités belges, a ainsi emprunté 1,2 milliard d'euros à Dexia Banque Belgique (DBB), la branche belge de Dexia spécialisée dans la banque de dépôts. Ces fonds ont été en grande partie utilisés pour participer à deux augmentation de capital du groupe Dexia en 2006 et 2008.

Arco, qui investit pour le compte d'un syndicat belge, a de son côté emprunté 275 millions d'euros, réinjecté dans le capital de Dexia lors d'appels de fonds, selon le FT.

Ces deux entités détenaient conjointement 35% de Dexia, et sont toujours représentées au conseil d'administration, précise le journal.

La banque franco-belge a donc effectivement emprunté des fonds dont elle était propriétaire pour financer son augmentation de capital.

Par ailleurs, le FT rapporte que Dexia a accepté en collatéral sur ses prêts ses propres actions, ce qui implique que tout effondrement du cours de l'action soit susceptible de générer de lourdes pertes.

La capitalisation boursière de Dexia est passée d'environ 21 milliards d'euros en 2006 à un milliard d'euros à ce jour.

Ces opérations de financement avaient à l'époque suscité l'inquiétude des régulateurs belges, souligne le FT. Toutefois, si celles-ci sont illégales dans les plupart des pays et désormais interdites au sein de l'Union européenne, Dexia n'a pas enfreint la législation alors en vigueur.

Toujours selon le quotidien financier, la banque britannique HSBC songerait à faire une offre sur DenizBank, filiale turque de la banque franco-belge.

Celle-ci a déjà reçu des marques d'intérêt, notamment de la Qatar National Bank (QNB), dont le fonds souverain Qatar Investment Authority (QIA) détient la moitié du capital, et de la première banque russe Sberbank.

Stephen Mangan, Catherine Monin pour le service français, édité par Jean Décotte

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...