Bourse > Dexia > Dexia : La fusion dexia/banque postale créerait un "monstre", dit la cdc
DEXIADEXIA DEXB - BE0974290224DEXB - BE0974290224
12.510 € -3.58 %
12.915 €Ouverture : -3.14 %Perf Ouverture : 12.915 €+ Haut : 12.510 €+ Bas :
12.975 €Clôture veille : 3 069Volume : +0.00 %Capi échangé : 24 382 M€Capi. :

Dexia : La fusion dexia/banque postale créerait un "monstre", dit la cdc

La fusion dexia/banque postale créerait un La fusion dexia/banque postale créerait un

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Une fusion entre la banque franco-belge Dexia et la Banque postale déboucherait sur la création d'un mastodonte qui ne serait satisfaisant pour aucune des parties, a jugé mercredi le directeur général de la Caisse des dépôts (CDC).

Interrogé par les députés de la Commission des affaires économiques, Augustin de Romanet s'est montré prudent sur un projet de fusion qui n'a jamais été confirmé mais qui a donné lieu à beaucoup de spéculations.

"Sur ce point je ne vais pas vous redire à quel point je suis prudent, parce que je ne souhaite pas qu'il y ait un meccano qui redonne vie à un monstre qui ne serait pas mutuellement satisfaisant pour les deux parties", a déclaré le directeur général de la CDC, actionnaire de référence des deux entités.

Les deux établissements financiers ont signé en début d'année un accord en vertu duquel la Banque postale s'est engagée à souscrire des obligations foncières émises par Dexia, cette opération devant permettre d'aider la banque franco-belge à résoudre une partie de ses problèmes de refinancement.

Avant la signature de cet accord, des rumeurs récurrentes avaient prêté aux dirigeants des deux groupes la volonté de créer une filiale commune pour le financement des collectivités locales, coeur de métier de Dexia avant l'éclatement de la crise financière.

La Banque postale n'est pour le moment pas sur ce marché.

COLLECTIVITÉS LOCALES

Augustin de Romanet a indiqué aux parlementaires qu'il ne trouvait pas illogique que la Banque postale se lance dans cette activité qui n'est plus prioritaire pour Dexia, davantage concentrée sur sa banque de détail.

"Compte tenu du fait que la situation financière des collectivités locales va connaître dans les années à venir des évolutions complexes, je pense qu'il y a un bénéfice à avoir un interlocuteur local qui connait bien la situation de chacune d'entre elles", a-t-il dit.

"Dans cette perspective je ne vois pas pourquoi la bonne connaissance du terrain de la Banque postale ne serait pas un atout pour être aux côtés des collectivités locales", a-t-il poursuivi.

Le directeur général a néanmoins averti les députés que ses déclarations ne constituaient pas une annonce et que ce serait aux dirigeants de La Poste de déterminer la stratégie de leur filiale bancaire.

"Je n'ai pas de légitimité pour influer directement sur la politique de la Banque postale", a-t-il insisté.

Augustin de Romanet fera son entrée au conseil d'administration de La Poste jeudi après l'augmentation de capital à laquelle la CDC a souscrit à hauteur de 1,5 milliard d'euros.

Il a démenti, durant son audition, l'information rapportée par un député selon laquelle il aurait eu un rôle à jouer dans la mise a l'écart de l'ancien patron de la Banque postale Patrick Werner, remplacé en début d'année par Philippe Wahl, ancien directeur général de Royal bank of Scotland en France.

Sous la mandat de Patrick Werner, la Banque postale s'est imposée comme une banque de détail généraliste dans le paysage français et est devenue le premier contributeur aux résultats de sa maison-mère.

Elle propose désormais pratiquement les mêmes services et produits financiers aux particuliers que les autres établissements de crédit français.

Cette "banalisation" de la banque postale est vue comme l'oeuvre de Patrick Werner, qui n'a jamais caché ses réserves sur la pertinence d'un rapprochement avec la banque franco-belge Dexia.

Julien Ponthus, édité par Pascale Denis

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...