Bourse > Dexia > Dexia : Dexia écarte tout projet de nationalisation en france
DEXIADEXIA DEXB - BE0974290224DEXB - BE0974290224
13.130 € -2.60 %
13.250 €Ouverture : -0.91 %Perf Ouverture : 13.450 €+ Haut : 13.130 €+ Bas :
13.480 €Clôture veille : 533Volume : +0.00 %Capi échangé : 25 590 M€Capi. :

Dexia : Dexia écarte tout projet de nationalisation en france

Dexia écarte tout projet de nationalisation en franceDexia écarte tout projet de nationalisation en france

par Julien Ponthus et Lionel Laurent

PARIS (Reuters) - Dexia n'a connaissance d'aucune alternative au plan négocié l'an dernier avec l'Etat français et la Caisse des dépôts (CDC) pour la reprise de ses activités de financement des collectivités locales, a déclaré mercredi à Reuters le directeur général de la banque franco-belge en cours de démantèlement.

La CDC avait indiqué la semaine dernière que les conditions financières de l'accord d'octobre 2011, en vertu duquel elle s'engageait à reprendre une partie des activités de Dexia, n'étaient plus réunis et qu'une nationalisation ne pouvait dès lors pas être exclue.

Principal actionnaire et artisan du premier plan de sauvetage de Dexia en 2008, la CDC avait proposé en octobre d'acquérir 65% du capital de Dexia Municipal Agency (Dexma), la société qui refinance les prêts accordés par Dexia Crédit Local (DCL) aux collectivités locales françaises.

"C'est là-dessus qu'on travaille et c'est cela qu'on met en oeuvre (...) Je n'ai pas connaissance d'un autre schéma à ce jour", a indiqué Pierre Mariani, écartant ainsi toute réflexion autour d'une nationalisation des activités françaises de Dexia.

Dans le cadre du plan de démantèlement de Dexia, il a été convenu que l'essentiel de l'activité de prêts au secteur public local soit assuré par une coentreprise détenue respectivement à 65% et 35% par La Banque postale et la CDC, et non plus par Dexia Crédit Local.

"Nous espérons que cette nouvelle banque soit en activité à l'horizon du mois de juin, on ne doit pas perdre de temps", a ajouté le directeur général de Dexia.

L'avenir des 1.350 employés de Dexia Crédit Local, dont une large partie de la mission deviendra progressivement caduque, suscite, dans le cadre des négociations, la crainte des syndicats.

"Il n'y a pas de plan social en discussions", a assuré Pierre Mariani, laissant ainsi espérer que la nouvelle banque créée par la CDC et la Banque postale intégrerait une partie des collaborateurs de DCL.

DÉCISION IMMINENTE SUR DENIZBANK

L'ancien responsable de BNP Paribas a aussi indiqué qu'il y avait urgence à mettre en oeuvre les structures visant à financer les collectivités locales car ces dernières vont éprouver des difficultés pour mettre en oeuvre leurs programmes d'investissements faute de crédit bancaire suffisant.

"Il y a environ entre 45% et 65% des besoins d'emprunts 2012 des collectivités locales stricto sensu qui risquent de ne pas être couverts par le secteur bancaire. On peut parler d'une restriction extrêmement brutale de l'offre de crédit aux collectivités locales", souligne-t-il.

Interrogé sur la cession en cours de la filiale turque Denizbank, la banque n'a pas souhaité commenter des informations selon lesquelles le britannique HSBC s'était retiré des enchères.

"Nous devrions être en mesure de prendre une décision avant la fin du mois de février en ce qui concerne Denizbank", a-t-il néanmoins fait savoir.

La banque prévoit aussi d'enclencher dans les prochaines semaines le processus de cession de sa filiale de gestion d'actifs Dexia Asset Management pour laquelle le groupe a reçu "plus d'une trentaine" de marque d'intérêt.

"Le processus (de vente) va être lancé dans un tout petit nombre de semaines", a indiqué Pierre Mariani. "Nous sommes en train de finaliser les documents préalables. On a choisi une banque-conseil."

"L'appétit du marché est extrêmement vif (...) Sachant qu'évidemment, nous ne sommes pas des vendeurs à n'importe quel prix de tous nos actifs."

Dexia n'a toutefois pas voulu dire quel prix la banque souhaitait retirer de la vente de sa filiale de gestion d'actifs.

Avec Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...