Bourse > Dexia > Dexia : Dexia AM positif mais invite à la prudence sur les obligations
DEXIADEXIA DEXB - BE0974290224DEXB - BE0974290224
13.300 € 0.00 %
13.250 €Ouverture : +0.38 %Perf Ouverture : 13.535 €+ Haut : 13.250 €+ Bas :
13.300 €Clôture veille : 1 004Volume : +0.00 %Capi échangé : 25 921 M€Capi. :

Dexia : Dexia AM positif mais invite à la prudence sur les obligations

Dexia AM positif mais invite à la prudence sur les obligationsDexia AM positif mais invite à la prudence sur les obligations

par Raoul Sachs

PARIS (Reuters) - Les obligations resteront une classe d'actifs attractive en 2013 mais ne devraient pas répliquer leur performance exceptionnelle de 2012 due à l'action des banques centrales, estime Nicolas Forest, responsable de la stratégie taux et devises de Dexia Asset Management.

Lors d'une interview accordée mercredi à Reuters, il a cependant invité à la prudence aussi bien sur la dette souveraine américaine que sur la dette européenne dont les rendements, tombés à des plus bas record en 2012, pourraient amorcer une remontée lente et progressive.

Le discours et les décisions de la Banque centrale européenne (BCE), notamment le dispositif de rachat de dette de maturité courte (OMT) annoncé cet été, ont considérablement réduit la prime de risque, donc les taux d'intérêt, payée par les pays en difficulté de la zone euro, comme l'Espagne ou l'Italie, pour se financer.

Mais, Nicolas Forest craint que la mise en oeuvre du dispositif OMT s'avère difficile d'autant que toutes les obligations souveraines de la zone euro émises à partir du 1er janvier 2013 comporteront une clause d'action collective qui permettront une restructuration de dette si une majorité de créanciers le décident.

"Aujourd'hui, même si la croissance retrouve des couleurs, de faibles niveaux de taux sont encore nécessaires afin de ne pas l'étouffer. Pour autant, un ajustement progressif du niveau des taux n'est pas à exclure en 2013", a-t-il dit, évoquant les possibles stratégies de sortie des programmes massifs de rachat de dette souveraine par les banques centrales, Fed en tête.

Il souligne que la Fed possède en moyenne 30% de la dette fédérale américaine et approche donc des "limites de son action".

Avec une croissance autour de 2%, Dexia AM table sur une remontée du taux à 10 ans à 2% aux Etats-Unis en 2013 contre 1,66% ce jeudi.

"STRATÉGIES DE SORTIES"

"La question de la stratégie de sortie (de l'assouplissement monétaire quantitatif) va se poser à un moment donné et la pression sur les taux se fera plus forte aux Etats-Unis qu'en zone euro", a expliqué Nicolas Forest.

En zone euro qui, selon lui, devrait au mieux connaître une croissance zéro en 2013, la situation est plus complexe avec une divergence considérable de taux entre les pays "coeur" et les pays périphériques même si les taux de ces derniers ont largement baissé sous l'effet de la BCE depuis fin juillet.

"L'incertitude vient surtout d'Europe. Le marché est apaisé mais il faut rester prudent", a-t-il dit, en soulignant que la "reconvergence" est encore loin.

Il note que les non résidents détiennent environ 63% de la dette des pays coeur comme l'Allemagne ou la France mais moins de 35% de celle des pays en difficulté.

"Il n'est pas logique qu'un pays qui est plus en récession que l'Allemagne ait des taux plus élevés", a souligné Nicolas Forest en estimant que les taux des périphériques n'ont pas suffisamment baissé pour assurer la soutenabilité de leur dette.

Compte tenu du flou qui entoure la mise en oeuvre de l'OMT, Dexia AM suggère un achat tactique de dette espagnole à trois ans, maturité la plus longue fixée par la BCE, émise avant le 1er janvier.

Nicolas Forest préconise de réduire l'allocation de dette française au profit d'un mix de dette italienne et allemande qui offre un ratio de rendement/risque supérieur aux OAT ou aux BTAN français.

Il conseille aussi de diversifier le portefeuille avec de la dette norvégienne, canadienne et mexicaine.

La rotation des flux en faveur des actions se faisant attendre, le crédit corporate, vedette de l'année 2012, conserve son attrait, y compris la catégorie investissement (IG) devenue pourtant chère.

Dexia AM préconise une allocation crédit haut rendement (high yield, HY) et IG d'abord en dollar, dans les monnaies locales émergentes, et ensuite dans le HY et l'IG européens.

Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...