Bourse > Dassault aviation > Dassault aviation : Henri Proglio renonce à Thales
DASSAULT AVIATIONDASSAULT AVIATION AM - FR0000121725AM - FR0000121725
1 056.000 € +1.33 % Temps réel Euronext Paris
1 045.450 €Ouverture : +1.01 %Perf Ouverture : 1 061.100 €+ Haut : 1 044.650 €+ Bas :
1 042.150 €Clôture veille : 2 522Volume : +0.03 %Capi échangé : 9 633 M€Capi. :

Dassault aviation : Henri Proglio renonce à Thales

Henri Proglio renonce à la présidence de ThalesHenri Proglio renonce à la présidence de Thales

par Jean-Michel Belot et Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Henri Proglio a annoncé mardi qu'il renonçait à la présidence du conseil d'administration du groupe d'électronique et de défense Thales, accusant le ministère de l'Economie de mener campagne contre lui en exigeant qu'il renonce à des mandats d'administrateur en Russie.

Le ministère de l'Economie a demandé notamment à Henri Proglio de couper ses liens avec Rosatom, l'agence russe de l'énergie atomique. L'ancien PDG d'EDF est également administrateur d'ABR Management, une société d'investissement créée par des dirigeants de Bank Rossiya, une banque proche du pouvoir russe qui fait l'objet de sanctions américaines depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014.

"Il était normal que nous demandions à Henri Proglio de choisir entre des fonctions éminentes de dirigeant non-exécutif à la tête de Thales et des engagements réels, rémunérés, auprès de grands acteurs du secteur militaire et civil en particulier nucléaire russe", a déclaré à la presse le ministre de l'Economie. "Ça ne nous paraissait pas compatible. Ce n’est pas un problème de droit, c’est un problème d’éthique, de conflits d’intérêt."

Remplacé à la tête d'EDF par Jean-Bernard Lévy, Henri Proglio avait été choisi pour assurer la présidence non-exécutive de Thales au terme d'un laborieux compromis entre l'Etat et le groupe Dassault Aviation, les deux grands actionnaires du groupe d'électronique de défense avec respectivement 26,4% et 25,3% du capital.

Dans une interview publiée ce mardi par le quotidien le Monde, Henri Proglio s'en prend violemment au gouvernement.

"J'en ai assez du soupçon, de l'humiliation", dit-il. "Il faut arrêter de me prendre pour un guignol, un espion, un goinfre, un traître", ajoute-t-il, estimant être "sali depuis des semaines par une campagne alimentée par Bercy".

Selon lui, la question russe n'est qu'un prétexte utilisé par Bercy pour tenter de masquer des motifs politiques.

CONSIDÉRATIONS POLITICIENNES

"Derrière toute cette histoire, on cherche à abattre un homme pour des considérations politiciennes", observe Henri Proglio. "Depuis que l'ancien président m'a nommé à la tête d'EDF, on me dit sarkozyste", estime-t-il.

Sa nomination chez Thales devait être entérinée par un conseil d'administration prévu mercredi à l'issue de l'assemblée générale du groupe.

Compte tenu des délais, ce conseil à toutes les chances d'être annulé et certaines résolutions présentées à l'assemblée générale, notamment sur le report de la limite d'âge du président, retirées de l'ordre du jour.

Patrice Caine, l'actuel PDG, pourrait ainsi conserver l'intégralité de ses fonctions, au moins jusqu'à ce que l'Etat et Dassault trouvent un nouveau compromis sur la gouvernance du groupe.

Le groupe Dassault n'a fait aucun commentaire sur le sujet.

"Il y a un PDG qui est nommé depuis le mois de novembre dernier et qui s’appelle Patrice Caine, je souhaite qu'il puisse continuer d’exercer ses fonctions dans le calme et la sérénité", a pour sa part souligné Emmanuel Macron.

(Avec Matthieu Protard, édité par Pascale Denis)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...