Bourse > Crossject > Crossject : "Dans la dernière ligne droite" pour une première demande d'AMM
CROSSJECTCROSSJECT ALCJ - FR0011716265ALCJ - FR0011716265
5.200 € -0.95 % Temps réel Euronext Paris
5.220 €Ouverture : -0.38 %Perf Ouverture : 5.270 €+ Haut : 5.150 €+ Bas :
5.250 €Clôture veille : 17 683Volume : +0.23 %Capi échangé : 40 M€Capi. :

Crossject : "Dans la dernière ligne droite" pour une première demande d'AMM

Patrick Alexandre, Président et fondateur de CrossjectPatrick Alexandre, Président et fondateur de Crossject

(Tradingsat.com) - Crossject a vu son cours de bourse plus que doubler en un mois à la suite de l’annonce de l’obtention d’un nouveau financement. L’inventeur du système d’auto-injection sans aiguille Zeneo® vient par ailleurs de conclure un partenariat en Chine. Le point sur les perspectives avec Patrick Alexandre, président et fondateur de Crossject.

Tradingsat.com : Quelle est l’utilité d’un système sans aiguille comme Zeneo. Y a-t-il un marché pour cette technologie ?

Patrick Alexandre : Zeneo est un système à usage unique, très simple à utiliser. L’injection se fait en moins d’un dixième de seconde en étant certain que la dose prescrite est effectivement administrée. Le système prend tout son sens en auto-administration dans toute une série de situations d’urgence qui nécessitent d’avoir une dose de médicament avec soi et de se l’injecter en cas de crise sans avoir besoin de demander de l’aide. Il est également adapté pour des traitements chroniques, avec une périodicité à partir d’une fois par semaine, comme pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. En revanche, pour des traitements plus fréquents, Zeneo ne serait logiquement pas compétitif en termes de coût.

Tradingsat.com : Quelle différence avec les seringues et/ou les stylos injecteurs ?

Patrick Alexandre : Les risques de mauvaise utilisation d’une seringue – d’en mettre à côté, ou pas du tout - dans ces situations sont énormes. Le taux de bonne utilisation du stylo injecteur leader du marché de l’adrénaline pour le traitement d’urgence du choc anaphylactique ne dépasse pas les 20%. Il faut appuyer très fort, rester en place pendant 10 seconde, ce qui peut s’avérer compliqué quand vous êtes en train de subir une crise pouvant être mortelle mourir... L’intérêt de Zeneo porte sur la suppression du facteur humain et des risques de mauvaise utilisation dans des indications thérapeutiques qui nécessitent une auto-administration avec des risques d’erreurs importants.

Tradingsat.com : Pourquoi vous définissez-vous comme une « specialty pharma », et non comme une medtech ?

Patrick Alexandre : Il s’agit d’un positionnement lié à notre activité et notre spécificité qui nécessite de notre part un travail de pédagogie assez important. Nous combinons nous-même notre plate-forme technologique Zeneo avec des molécules disponibles, déjà connues, dont il est possible de se procurer les principes actifs. Les produits que nous commercialisons sont donc des médicaments, ce qui tend plus à nous rapprocher d’une « specialty pharma », que d’une medtech. Nous développons nous-même les médicaments, sommes titulaires des autorisations de mise sur le marché, et propriétaires de notre moyen de production. En revanche, nous avons recours pour la commercialisation à des distributeurs spécialisés qui sont nécessairement des laboratoires pharmaceutiques.

Tradingsat.com : Vous venez de signer un accord de commercialisation en Chine pour votre produit le plus avancé, Zeneo Méthotrexate.

Patrick Alexandre : C’est un contrat vraiment très significatif avec un bon taux de royalties de 25%. Il est d’autant plus intéressant qu’il ne faisait pas partie de nos plans immédiats. Nous avons été approchés par Xintong Pharmaceutical, qui s’est fait une spécialité de nouer des partenariats sur des produits occidentaux pour les mettre sur le marché chinois. Pour pénétrer la Chine, ce type de profil de partenaire est beaucoup plus adapté qu’une alliance avec un laboratoire occidental. Le potentiel est important, le marché pharmaceutique chinois devrait dépasser l’Europe d’ici 2020. Nous poursuivons ainsi notre maillage commercial après les partenariats de commercialisation déjà conclu en France et en Inde. D’autres devraient suivre à l’approche de l’autorisation de mise sur le marché.

Tradingsat.com : Quand doit-elle avoir lieu ?

Patrick Alexandre : Nous sommes dans la dernière ligne droite pour déposer au premier semestre 2016 la demande d’autorisation de mise sur le marché pour Zeneo Méthotrexate, ce qui devrait déboucher sur une commercialisation sur la première partie de 2017. Pour cela, nous en train en train de finaliser la qualification de la chaîne de production dont les résultats seront inclus dans le dossier de demande d’autorisation de mise sur le marché.

Tradingsat.com : Que change pour Crossject le financement de 6,7 millions d’euros annoncé début novembre ?

Patrick Alexandre : Nous terminons la construction de notre outil industriel, nous approchons des premiers dépôts de demande d’autorisation de mise sur le marché, tandis que les premiers contrats de commercialisation commencent à se conclure. Dans le même temps, nous devons avancer et poursuivre l’élargissement de notre portefeuille de produits. Il fallait donc trouver des financements, si possibles non dilutifs. L’aide remboursable obtenue de Bpifrance dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir nous permet de développer trois nouveaux produits d’urgence. Notre portefeuille comprend désormais sept produits, l’objectif étant de mettre sur le marché deux à trois nouveaux produits par an.

Tradingsat.com : Quelle est la taille du marché de Zeneo Méthotrexate ?

Patrick Alexandre : Le méthotrexate est le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. C’est un gros marché, de l’ordre de 200 millions d’euros. Parmi nos autres produits, l’adrénaline dans le traitement du choc allergique est également un marché important, de même que le Sumatriptan, pour le traitement de la migraine aiguë. D’une manière générale, les marchés des produits de notre portefeuille sont de taille assez variable et les ventes de médicaments combinés avec ZENEO sont estimées entre 20 et 200 millions d’euros. Pour notre nouveau médicament supergénérique L15, la taille du marché est plus proche de 20 millions d’euros au maximum.

Tradingsat.com : Quelles seront les prochaines étapes en recherche et développement sur vos produits les plus avancés l’an prochain ?

Patrick Alexandre : Nos plans de développement produit sont extrêmement standardisés. L’étude de bioéquivalence a été réalisée sur le méthotrexate il y a un peu plus d’un an, avec des résultats positifs. L’an prochain, des études de bioéquivalence avec Sumatriptan et L15 pourraient avoir lieu. Ce sont des études à la durée très courte, de quelques semaines en général, qui permettent de s’assurer que le médicament est aussi bien administré dans l’organisme qu’avec un produit de référence.

Tradingsat.com : Où en est le développement de Zeneo Adrénaline ?

Patrick Alexandre : A la différence de nos autres produits, le développement de Zeneo Adrénaline est assuré par notre client, qui a donc la maîtrise des opérations et du calendrier. Il se passe des événements extrêmement intéressants quant à l’environnement concurrentiel de ce produit. L’agence européenne des médicaments est actuellement en train de reconsidérer les autorisations de mise sur le marché de tous les stylos injecteurs existants. L’agence demande des preuves de leur efficacité, mise en cause par de nombreux cliniciens. Notre client est donc en train d’affiner le protocole clinique de la future étude de bioéquivalence, les stylos injecteurs ne pouvant plus servir de produits de comparaison de référence. Certains de ces stylos pourraient subir des restrictions de prescriptions, voire des pertes d’autorisation de mise sur le marché, ce qui serait une très bonne chose pour nous, Zeneo ayant déjà démontré une meilleure injection intra musculaire par rapport aux stylos. Les prises de marché pourraient être assez rapidement importantes si Zeneo se retrouve seul ou quasiment seul sur un marché qui représente aujourd’hui un milliard de dollars de chiffre d’affaires, et qui pourrait valoir 1,5 milliard de dollars d’ici quatre à cinq ans selon les analystes.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...