Bourse > Credit agricole > Credit agricole : "si les bancaires remontent... autant acheter autre chose"
CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE ACA - FR0000045072ACA - FR0000045072
12.280 € -0.61 % Temps réel Euronext Paris
12.360 €Ouverture : -0.65 %Perf Ouverture : 12.365 €+ Haut : 12.210 €+ Bas :
12.355 €Clôture veille : 2 729 860Volume : +0.10 %Capi échangé : 34 950 M€Capi. :

Credit agricole : "si les bancaires remontent... autant acheter autre chose"

(Tradingsat.com) - L'attaque boursière sur les banques française a récemment atteint un paroxysme sous l'effet de rumeurs, rapidement démenties. A la suite de quoi les ventes à découvert sur les valeurs financières viennent d'être interdites par certains régulateurs européens, dont la France. Frédéric Rozier, gérant de portefeuille chez Meeschaert gestion privée nous expose son point de vue sur ce secteur très travaillé en bourse.

Tradingsat.com : Que vous inspirent ces rumeurs sur les banques françaises ?

Frédéric Rozier : Dans ce type de situation, il est toujours délicat de savoir si c'est la baisse qui engendre la rumeur ou la rumeur qui engendre la baisse et qui accentue le phénomène. Quoi qu'il en soit, elle nous semble infondée. Sauf à envisager un scénario, qui aujourd'hui n'est pas d'actualité de perte par la France de son triple A - les trois agences de notation ont en effet confirmé la note de la France et sa perspective stable -, les ratios de solvabilité du groupe sont relativement confortables. Et malgré des résultats trimestriels mitigés, la SG est partie pour dégager un bénéfice aux alentours de 5 milliards d'euros l'année prochaine, cela fait beaucoup pour une banque prétendument en difficulté !

Tradingsat.com : La Société Générale n'est donc pas en danger de faillite imminente ?

Frédéric Rozier : Aujourd'hui, la Société Générale est une banque rentable. Par contre, les rumeurs sur la banque et sur le triple A de la France ont eu pour conséquence d'augmenter très fortement la perception du risque des investisseurs. Le CDS [credit default swap, assurance contre le risque de défaut de l'entreprise, ndlr] sur la Société Générale a dépassé jeudi les 360 pts, bien au dessus du niveau de 150 pts, déjà élevé, que l'on observe depuis plus d'un an. Ce qui peut entamer la confiance d'établissements prêteurs étrangers. C'est là que ce situe le risque lié à ce type d'attaque. Fondées ou non les craintes, peuvent compliquer l'accès aux liquidités, même si en l'occurrence, la résistance de la SG face à un hypothétique gel du marché de financement de court terme paraît élevée.

Tradingsat.com : Que pensez-vous de la décision de l'AMF et d'autres régulateurs nationaux d'interdire les ventes à découvert sur les valeurs financières ?

Frédéric Rozier : Les avis sont partagés. Ce type de mesure n'empêchera pas les banques de reculer en bourse si elles doivent baisser. Il ne faut pas y voir un remède miracle contre une spéculation malsaine d'où proviendraient tous les maux. Cela peut limiter par contre la volatilité. La vraie solution aujourd'hui serait déjà de faire taire toutes les rumeurs. Société Générale, BNP Paribas et même AXA se sont ainsi employés à réagir sur le terrain médiatique en publiant des mises au point ces derniers jours.

Tradingsat.com : Est-il aujourd'hui envisageable d'acheter des banques en Bourse ?

Frédéric Rozier : Nous n'y touchons pas pour l'instant et nous ne les recommandons plus depuis un an et demi. Nous préférons miser sur des thèmes qui procurent davantage de visibilité. Miser sur les banques aujourd'hui revient à tenter de faire des coups en bourse, ce qui ne correspond pas vraiment à notre philosophie de gestion. Si les bancaires remontent, elles ne le feront pas seules, tout le marché remontera aussi, autant jouer dans ce cas des valeurs bradées à forte visibilité et offrant de beaux rendements, comme Total, EADS, Unilever, par exemple… Parmi les valeurs financières, les assureurs, tels AXA ou Allianz, auraient de toute façon notre préférence.

Propos recueillis par François Berthon


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...