Bourse > Credit agricole > Credit agricole : Le fmi pourrait cesser de soutenir la grèce
CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE ACA - FR0000045072ACA - FR0000045072
10.600 € -1.40 % Temps réel Euronext Paris
10.700 €Ouverture : -0.93 %Perf Ouverture : 10.720 €+ Haut : 10.555 €+ Bas :
10.750 €Clôture veille : 6 482 930Volume : +0.23 %Capi échangé : 29 778 M€Capi. :

Credit agricole : Le fmi pourrait cesser de soutenir la grèce

tradingsat

(Tradingsat.com) - Les séances se suivent et se ressemblent pour le secteur bancaire, à nouveau dans l'œil du cyclone ce lundi. A 15 heures, Société Générale dévissait ainsi de plus de 8% à 20,24 euros, suivie par BNP Paribas (-7,1% à 31 euros), Crédit Agricole (-5,9% à 5,8 euros), Natixis (-5,5% à 2,55 euros), et Dexia (-3,2% à 1,49 euro).

L'aggravation de la crise de la dette souveraine dans la zone euro inquiète de plus en plus les investisseurs du fait à son impact potentiel sur les comptes des banques.

Selon Joseph Ackermann, le président du directoire de Deutsche Bank, « beaucoup de banques européennes ne survivraient pas si elles devaient réévaluer la dette souveraine de leurs comptes au niveau du marché ». Des propos rapportés par l'agence Reuters, tenus aujourd'hui en ouverture d'une conférence de deux jours axée sur les perspectives de la crise de la dette dans la zone euro.

Tandis que Jean-Claude Trichet, le patron de la BCE, presse l'Italie de tenir ses engagements en matière d'assainissement des comptes publics, la Grèce continue en effet à concentrer l'essentiel des inquiétudes des investisseurs.

La décision inattendue prise la semaine dernière par la Troïka des bailleurs institutionnels de fonds de la Grèce (la Commission européenne ; le FMI et la BCE) de quitter Athènes pour une dizaine de jours afin de « permettre aux autorités de compléter les travaux techniques relatifs, entre autres, au budget 2012 et aux réformes structurelles de soutien à la croissance », n'est sans doute pas de très bon augure.

Alors que « le FMI a, jusqu'à présent, participé à tous les programmes d'aide en zone euro (Grèce n°1, Irlande, Portugal) [...] il paraît désormais réticent à maintenir son engagement en Grèce alors que ce pays ne parvient pas à remplir les objectifs de déficit qu'il a acceptés après négociation », commentent les analystes d'Oddo Securities. Pour le broker, le scénario d'un retrait du FMI du dossier doit être considéré « comme probable », « laissant à des Européens, irrésolus et en manque de moyens, le soin de gérer les choses »...

Rien ne dit par conséquent que le FMI débloquera bien, comme prévu, avant la fin du mois la prochaine tranche d'aide à la Grèce s'il est avéré que le pays n'est pas solvable. Dans ces conditions, la polémique sur le niveau de provision que les banques doivent adopter sur l'exposition à la dette grecque pourrait être tranchée rapidement.

En attendant c'est une nouvelle fois la Société Générale qui est la plus attaquée en Bourse aujourd'hui, non spécifiquement pour son exposition à la Grèce, mais parce qu'elle est la seule banque, en France, à être poursuivie par les autorités fédérales américaines pour son rôle dans la titrisation de crédits hypothécaires.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...