Bourse > Credit agricole > Credit agricole : Des prêts toxiques pour les particuliers
CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE ACA - FR0000045072ACA - FR0000045072
12.450 € -1.11 % Temps réel Euronext Paris
12.500 €Ouverture : -0.40 %Perf Ouverture : 12.520 €+ Haut : 12.380 €+ Bas :
12.590 €Clôture veille : 5 595 970Volume : +0.20 %Capi échangé : 35 434 M€Capi. :

Credit agricole : Des prêts toxiques pour les particuliers

tradingsat

(Tradingsat.com) - Après le scandale des prêts toxiques accordés par Dexia aux collectivités locales, BNP Paribas et Crédit Agricole sont à leur tour montrées du doigt pour des pratiques commerciales contestées, à l'égard cette fois des particuliers.

Suite à la révélation cette semaine par Le Parisien de l'existence de nombreuses victimes d'emprunts toxiques indexés sur le franc suisse, il semble qu' « au moins 15 000 emprunteurs auraient été « trompés » par leur banque, principalement BNP Paribas et le Crédit Agricole », écrit Lavieimmo.com.

Interrogé par le portail de l'immobilier, Serge Maître, délégué général de l'Association française des usagers de banque (Afub), explique que cela fait quatre mois en effet que des particulier s'adressent à lui, « inquiets de voir le montant du capital restant dû sur leur emprunt immobilier augmenter, et ce en dépit des remboursements effectués tous les mois ».

« Ces emprunteurs ont en commun d'avoir souscrit un crédit en francs suisses pour financer des opérations immobilières en France, la plupart du temps dans des zones pourtant très éloignées de la frontière, dans l'Aveyron ou en Lozère, par exemple… Les banques qui ont accordé ces prêts (BNP Paribas et le Crédit Agricole essentiellement) ont, à l'époque, systématiquement fait valoir à leurs clients qu'ils pourraient obtenir un taux plus intéressant en francs suisses qu'en euros, et mis en avant la garantie apportée par la soi-disant stabilité de la monnaie helvétique », explique-t-il.

Comme pour les prêts accordés par Dexia à certaines collectivités locales, la toxicité de ces prêts s'est en effet révélée sous l'effet de la hausse du franc suisse, qui joue le rôle d'actif refuge en plein crise des dettes souveraines européennes.

Serge Maître souhaite à présent « que les deux groupes bancaires concernés reconnaissent leur tort, et proposent à ceux de leurs clients qui leur en feront la demande de transformer leur crédit en francs suisses en crédit en euros ». Sans quoi « nous accompagnerons les plaignants en justice », prévient le délégué général de l'Afub.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...