Bourse > Cgg > Cgg : Hausse des résultats d'exploitation de CGG en 2013
CGGCGG CGG - FR0013181864CGG - FR0013181864
14.000 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
14.000 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 14.450 €+ Haut : 13.950 €+ Bas :
14.000 €Clôture veille : 497 375Volume : +2.25 %Capi échangé : 310 M€Capi. :

Cgg : Hausse des résultats d'exploitation de CGG en 2013

tradingsat

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - CGG a publié jeudi des résultats d'exploitation en hausse au titre de 2013 malgré une fin d'année difficile mais a annoncé 800 millions de dollars de dépréciations d'actifs dans le cadre de la restructuration de sa division "acquisition", ce qui plombe le titre en Bourse.

Le spécialiste français des services et équipements, qui compte réduire de plus d'un quart sa flotte de navires, affichait au 1er janvier un carnet de commandes en croissance de 9% à 1,35 milliard de dollars. Il a dit s'attendre à une stabilité des conditions de marché dans l'acquisition de données marines et terrestres en 2014, mais avec un premier trimestre "faible".

"Nous avons un environnement effectivement contraint. Les patrons de l'exploration des compagnies pétrolières nous disent tous qu'ils ont des budgets probablement réduits", a déclaré Jean-George Malcor, directeur général de CGG, au cours d'une téléconférence de presse.

"Mais tous nous disent aussi qu'ils ont des challenges à trouver de nouvelles réserves, ce qui est plutôt bon pour nous car même si nous avons quelques trimestres compliqués à gérer, les compagnies vont aller chercher de la qualité, de la pertinence, du haut de gamme", a-t-il ajouté.

L'action CGG, en hausse en début de matinée, abandonne 8,24% à 11,13 euros à 13h05, deuxième plus forte baisse de l'indice SBF 120 (-0,7%).

Gilbert Dupont, dans une note, relève que le montant des dépréciations "dépasse les anticipations initiales (maximum de 500 millions de dollars envisagé) et correspond à un ajustement de la flotte de 28%". Le broker souligne aussi le poids de la dette du groupe.

La dette nette de CGG est ressortie à 2,2 milliards de dollars à fin décembre 2013, et le ratio dette nette sur capitaux propres s'établit à 58%.

"La mauvaise nouvelle", commente Société générale, "c'est que si la dette nette est en ligne avec notre prévision (,186 milliards), le gearing de 58% est au-dessus de notre estimation de 51%, alors que le groupe n'a pas démontré qu'il peut générer un free cash flow significatif sur une base régulière. Pour le dire autrement, il faut peut-être maintenant redresser le bilan de CGG."

LE NAVIRE SYMPHONY SERA DESARMÉ

CGG, qui s'est renforcé dans les géosciences en rachetant début 2013 le groupe Fugro, a enregistré en 2013, avant l'impact net des éléments non récurrents, un résultat net de 101 millions de dollars (+10%), un résultat opérationnel de 423 millions (+5%) et un chiffre d'affaires de 3,77 milliards (+10%).

Après l'impact net des éléments non récurrents, composés de dépréciations d'actifs et d'écarts d'acquisition de 800 millions de dollars dans la division "acquisition (de données)", le résultat net ressort en perte de 691 millions de dollars.

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 100,4 millions de dollars, un résultat opérationnel de 408 millions et un chiffre d'affaires de 3.854 millions.

CGG avait lancé en décembre un deuxième avertissement sur ses résultats en deux mois, en raison de la dégradation des conditions de marché dans les services parapétroliers, et avaient prévenu que les incertitudes demeuraient pour 2014.

Il a engagé un rééquilibrage de son portefeuille d'activités, qui devrait lui permettre de réduire ses coûts fixes, d'accroître sa profitabilité et de générer un cash-flow pérenne.

Dans le cadre de ce plan, le groupe a confirmé jeudi viser un chiffre d'affaires supérieur à quatre milliards de dollars et une amélioration de 400 points de base de sa marge d'Ebit à l'horizon 2016.

L'an dernier, cette marge a reculé de 100 points de base à 11%. Dans l'activité "acquisition", elle est ressortie à 3%, contre respectivement 24% et 28% dans les deux autres métiers du groupe, le traitement des données et les équipements.

Ce rééquilibrage stratégique va conduire CGG à ramener sa flotte de navires 3D haut de gamme de 18 à 13, en désarmant le Symphony et en vendant ou en changeant l'affectation de quatre autres bâtiments. Les termes financiers de ces mesures n'ont pas été précisés.

Le groupe va également réduire ses effectifs dans l'acquisition de données terrestres en Amérique du Nord. L'ensemble des ajustements annoncés représenteront des coûts inférieurs à 100 millions de dollars sur les trois prochaines années.

(Avec Michel Rose, édité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...