Bourse > Carrefour > Carrefour : Les syndicats disent leur colère avant l'ag de carrefour
CARREFOURCARREFOUR CA - FR0000120172CA - FR0000120172
21.990 € +0.21 % Temps réel Euronext Paris
22.000 €Ouverture : -0.05 %Perf Ouverture : 22.155 €+ Haut : 21.950 €+ Bas :
21.945 €Clôture veille : 2 067 650Volume : +0.27 %Capi échangé : 16 630 M€Capi. :

Carrefour : Les syndicats disent leur colère avant l'ag de carrefour

tradingsat

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Des salariés de Carrefour ont bravé la pluie battante par dizaines mardi matin pour manifester leur colère et leur opposition à la stratégie du groupe de distribution avant l'ouverture d'une assemblée générale à haut risque.

L'ensemble des organisations syndicales du groupe, en France comme en Europe, avaient appelé à "mener une action d'ampleur" contre les projets de scission de 100% de Dia, la filiale de hard discount de Carrefour. Elles dénoncent un projet "purement financier" et estiment qu'en "l'absence de tout volet social", il ne comporte "aucune garantie pour les droits des salariés".

"Les salariés de Carrefour ont perdu confiance dans le conseil d'administration et dans Mr (le directeur général Lars) Olofsson", a déclaré à Reuters Dejan Terglade, secrétaire fédéral Force ouvrière chargé de la grande distribution.

Il a précisé que les syndicats allaient demander lors de l'assemblée générale la démission du conseil d'administration du groupe.

"Tous les signaux sont négatifs, il faut une autre politique sociale et industrielle pour Carrefour, contrairement à la politique purement financière qui est suivie aujourd'hui", a affirmé le représentant syndical, au milieu des manifestants rassemblés devant le Carrousel du Louvre, où l'AG devait se tenir.

"Nous sommes ici pour protester contre le morcellement de Carrefour et pour dire non à la vente de Dia", a expliqué une caissière de l'hypermarché Carrefour d'Anglet, qui a fait le voyage du Pays basque jusqu'à Paris pour manifester.

C'est l'ensemble de la stratégie de Carrefour comme sa gouvernance qui seront sur la sellette lors de l'assemblée générale. Avec trois 'profit warnings' en l'espace de neuf mois et un cours de Bourse en chute de 35% depuis fin septembre, nombre d'observateurs s'interrogent sur le bien-fondé d'une mise en Bourse de Dia, poussée par les deux grands actionnaires de Carrefour, le fonds Colony Capital et Groupe Arnault (holding de Bernard Arnault, PDG de LVMH).

"Le board de Carrefour fait face à une crise de confiance des salariés, des actionnaires, des fournisseurs et des marchés", résume Michel Enguelz, délégué général de Force ouvrière et président du fond d'épargne salariale qui possède 1,34% du capital et plus de 2% des droits de vote du groupe.

CRISE DE CONFIANCE

Il reste cependant difficile de préjuger de l'issue du vote sur la filiale de hard discount, qui doit faire ses débuts à la Bourse de Madrid le 5 juillet.

"En plus des opposants, il peut y avoir des votes sanctions, sur Dia comme sur le management", note un analyste qui a souhaité garder l'anonymat.

Certains analystes estiment que le mode de présentation des résolutions sur Dia peut introduire la confusion et donc faciliter le vote des petits actionnaires.

Par ailleurs, aucun des principaux cabinets de conseil aux actionnaires (ISS, Proxinvest, Deminor) ne s'est opposé à la cotation de Dia.

Même le fonds activiste Knight Vinke, qui a fait capoter le projet d'introduction en Bourse de Carrefour Property, la filiale immobilière de Carrefour, a fait savoir qu'il voterait pour la cotation de Dia.

La gouvernance du groupe, qui semble ne pas pouvoir résister aux demandes de Blue Capital (le véhicule de Groupe Arnault et Colony Capital, principal actionnaire avec 14% du capital et 20% des droits de vote), fait aussi débat. Proxinvest a fait savoir qu'il voterait contre la reconduction d'Amaury de Seze à la présidence du conseil.

La direction de Carrefour devrait aussi être interrogée sur sa stratégie au Brésil alors que le groupe, approché par l'homme d'affaires Abilio Diniz, semble discuter d'un rapprochement avec le distributeur Grupo Pao de Açucar pourtant lié par un pacte d'actionnaires au groupe Casino.

Avec Dominique Vidalon, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...