Bourse > Carmat > Carmat : A perdu 7% en Bourse après l'émission de France 2
CARMATCARMAT ALCAR - FR0010907956ALCAR - FR0010907956
30.900 € -4.10 % Temps réel Euronext Paris
32.490 €Ouverture : -4.89 %Perf Ouverture : 32.490 €+ Haut : 30.120 €+ Bas :
32.220 €Clôture veille : 8 493Volume : +0.14 %Capi échangé : 183 M€Capi. :

Carmat : A perdu 7% en Bourse après l'émission de France 2

(Tradingsat.com) - Carmat a terminé la séance de vendredi en forte baisse de 6,84%, à 79,49 euros. L’action du concepteur et développeur du projet de cœur artificiel total le plus avancé au monde a souffert de la diffusion jeudi soir sur France 2 de l'émission "Envoyé Spécial".

Intitulée, "le business de l’homme réparé", l’émission a choisi comme angle de s’interroger sur l’éthique "d’entreprises, très souvent de jeunes start-up, qui espèrent avoir découvert la technologie miracle", et qui pour trouver des fonds, "vont même jusqu'à s'introduire en bourse"...

Carmat est plus ou moins présentée comme une société ayant revendiqué, à tort, la première implantation sur l’homme d’un cœur artificiel, qui s’est financée auprès d’un fonds d’investissement, Truffle Capital, qui tiendrait un double discours en cédant des actions tout en vantant les perspectives de l’entreprise.

La réalité est un petit peu différente. Carmat n’a jamais dit avoir implanté un cœur artificiel en première mondiale. Carmat n'ignore pas qu’il existe un autre cœur artificiel total, actuellement commercialisé qui est le Cardiowest, un cœur à actionnement pneumatique, utilisé uniquement en attente d'une transplantation.

En revanche, la société a effectivement annoncé en décembre dernier avoir réalisé, en première mondiale, l’implantation de son cœur artificiel, le plus avancé au monde, qui est bien le seul à ce jour à proposer une solution hémocompatible et autorégulée. C'est-à-dire un cœur artificiel dont la technologie va permettre à la fois d'éviter les formations de caillots, donc les accidents vasculaires, et de s'adapter aux besoins du patient grâce des capteurs qui vont réguler les flux de sang.

Carmat n’est par ailleurs pas tout à fait une "start-up" dans la mesure où le coeur Carmat est le fruit de plus de 15 années de collaboration entre l’équipe de renommée mondiale du Professeur Carpentier et le groupe EADS, leader européen de l’aéronautique.

S’agissant de Truffle Capital, une gérante d'une société de gestion interrogée dans l’émission déclare que le fonds d'investissement Truffle Capital vend "la moitié de sa participation" et "désinvestit au moment où il dit que l'avenir est radieux pour la société".

Truffle Capital signale en effet régulièrement la vente de titres à l’Autorité des marchés financiers. Mais ces ventes, qui pèsent il est vrai depuis de nombreux mois sur le cours de Bourse, ont une explication différente de celle suggérée dans l’émission.

Le docteur Philippe Pouletty, directeur général de Truffle Capital, a rappelé ainsi vendredi sur l'antenne de BFMBusiness que "les Fonds communs de placement dans l'innovation et fonds communs de placements à risques ont une durée de vie limitée, réglementée par l'AMF". Si Truffle a donc "une obligation réglementaire de vendre au fil de l'eau", le fonds "[a] gardé le maximum d'actions parce que nous avons très grande confiance dans ce grand projet", explique le directeur général de Truffle Capital.

Il précise d'ailleurs que "Truffle, co-fondateur et actionnaire historique de Carmat, depuis 2008, avec Airbus Group et fondation Alain Carpentier, n'a vendu depuis son entrée au capital, que 25% de sa participation historique", sa société détenant donc actuellement "74,3% de [sa] participation originelle". Enfin, le docteur Pouletty conclut en disant vouloir rester dans Carmat "qui peut devenir un grand groupe de dispositif médical cardio-vasculaire qui réussira".

Reste l'incertitude sur le réel potentiel de marché de la bioprothèse de Carmat. Depuis son introduction en Bourse en 2010, la société affirme que les besoins au niveau mondial s'élèvent à 100 000 patients par an. Mais pour un scientifique cité dans l’émission, "c'est beaucoup trop. Généralement, une pompe suffit pour contrer l'insuffisance cardiaque; un coeur artificiel n'est pas nécessaire dans la majorité des cas".

Il paraît néanmoins difficile d'avoir une idée tranchée sur le potentiel commercial du coeur de Carmat tant que les essais cliniques en cours ne sont pas achevés.

Dès juillet 2010, au moment de l'introduction en Bourse de la société, le docteur Pouletty expliquait ainsi dans un entretien à Tradingsat.com que "Les résultats cliniques serviront à préciser l'indication thérapeutique" et "déterminer si le produit est réservé à un nombre de malades correspondant à un marché potentiel de 500 millions de dollars - ce qui serait en soi déjà considérable pour une jeune PME technologique - ou bien si le cœur de Carmat s'adresse à un marché de 3 milliards de dollars avec une indication thérapeutique élargie".


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...