Bourse > CAC 40 > CAC 40 : Vers une réaction acheteuse à très court terme
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
4 428.32 +0.67 % Temps réel Euronext Paris
4 413.12Ouverture : 4 460.83+ Haut : 4 413.12+ Bas :
+0.34 %Perf Ouverture : 4 398.68Clôture veille : 883 631 KVolume :

CAC 40 : Vers une réaction acheteuse à très court terme

(Tradingsat.com) - Découvrez notre application TradingSat Bourse : alertes push sur cours, analyses et informations sociétés. La Bourse de Paris a signé vendredi une troisième séance de baisse d'affilée dans une actualité fournie, avec de nombreuses publications d'entreprises mais aussi une offre inattendue d'Iliad sur T-Mobile US. Vinci et Areva, entre autres, ont publié des résultats décevants, ce qui a plombé l'ambiance. L'annonce de statistiques américaines globalement inférieures aux attentes, notamment sur le front de l'emploi, n'a pas vraiment aidé. Le CAC 40 a clôturé vendredi en repli de 1% à 4 202 points. Seules six valeurs ont résisté : Axa, Valeo, BNP Paribas, Sanofi, EDF et Safran.

Côté valeurs, Vinci a chuté de 6,3%. Le groupe de construction et de concession a enregistré une légère croissance organique (+0,7%) de son chiffre d'affaires à 18,5 milliards d'euros (-1,3% à structure réelle). Le résultat brut d'exploitation (EBITDA) a légèrement augmenté (+0,2%) pour s'élever à 2,4 milliards d’euros, alors que le résultat opérationnel sur activité (ROPA) – qui mesure la performance opérationnelle des filiales consolidées par intégration globale - progresse de 3,6 %, à 1,5 milliard d’euros. Des résultats plutôt décevants. "Vinci a publié un résultat opérationnel en deçà de nos estimations (5,2 en dessous) et de celle du consensus (3,1% en dessous)", commente ainsi Bryan Garnier.

Société Générale (-1,9%). La banque rouge et noire a publié ce matin des résultats supérieurs aux attentes des analystes, les profits de la banque ayant grimpé de 7,8% au second trimestre, à 1,03 milliard d'euros, contre 852,7 millions d'euros anticipés (consensus FactSet). Cette performance s'explique notamment par un gain de 210 millions d’euros lié à l’acquisition et à la première consolidation de Newedge Group. Le produit net bancaire s’inscrit en léger retrait au deuxième trimestre par rapport à l’année précédente, à 5 893 millions d’euros contre 6 120 millions d’euros au deuxième trimestre 2013.

Areva (-19,7%). Le champion du nucléaire a enregistré vendredi une chute vertigineuse après l'annonce de résultats semestriels dégradés accompagnés d'un avertissement sur les comptes 2014. Le groupe nucléaire a vu son chiffre d'affaires reculer de 12,4% à 3 889 millions d'euros au 1er semestre 2014. Le résultat opérationnel est passé d'un bénéfice de 290 millions d'euros au 1er semestre 2013 à un perte de -305 millions d'euros un an plus tard. Le résultat net ressort en perte de -694 millions d'euros, contre un résultat nul à la même période de l'exercice précédent.

Alcatel-Lucent (-2,8%). Le titre a poursuivi son recul au lendemain de la publication de l'équipementier en télécoms. Le Groupe a fait état d'un résultat d’exploitation ajusté de 136 millions d’euros au deuxième trimestre 2014, un chiffre qui a triplé par rapport aux 45 millions d’euros enregistrés l'année dernière sur la même période. Toutefois, la perte nette s'est élevée à 298 millions d’euros, et c'est son ampleur qui semble avoir jeté un froid au sein de la communauté financière. "Ces résultats ont semé des doutes sur les perspectives de l’IP, division qui doit être le moteur de la croissance du groupe à moyen-terme", a commenté Natixis, qui reste néanmoins à "Acheter" sur le dossier avec un objectif de cours de 3,5 euros.

Iliad (-7%) et tous les autres opérateurs français ont dégringolé vendredi. La maison mère de Free a fait une offre de 15 milliards de dollars en cash pour acquérir 56,6% de T-Mobile US, soit 33$ par action, coupant l'herbe sous le pied de Sprint qui étudie le dossier depuis plus de six mois. Iliad évalue les 43,4% restant de T-Mobile US à 40,5$ par action sur la base de 10 milliards de dollars de synergies au bénéfice des actionnaires de T-Mobile US. Cela conduit à une valeur globale de 36,2$ par action, soit une prime de 42% par rapport au cours de bourse non affecté de T-Mobile US de 25,4$ par action, a précisé jeudi le groupe français dans un communiqué. L’offre en numéraire serait financée par une combinaison de dette et de fonds propres. Iliad s’est assuré du soutien de banques internationales de premier plan pour la dette d’acquisition. Le financement en fonds propres serait d’environ 2 milliards d’euros et M. Xavier Niel participerait à l’augmentation de capital.

De l’autre côté de l’Atlantique, les principaux indices sur actions ont clôturé en légère baisse, l’appétit pour le risque restant au point mort, surtout après la publication vendredi d’une une très légère hausse (surprise) du taux de chômage, à 6.2% de la population active.

Le Dow Jones et le Nasdaq Composite se sont légèrement contractés, respectivement de 0.42% et 0.39%. Le S&P 500, baromètre de référence de l’appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a lâché quelque 0.29% à 1 925 points. A noter que les volumes, bien qu’en légère décélération par rapport à la veille, sont restés très solides vendredi.

Un point sur les autres classes d’actifs à risque : vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1.3420$. Le baril de WTI, autre baromètre de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, se négociait à 98.0$ environ.

Sur le plan des publications économiques ce lundi, les opérateurs prendront connaissance de la variation du nombre de demandeurs d’emploi en Espagne à 09h00, de l’indice PMI du secteur de la construction au Royaume-Uni à 10h30, de l’indice de confiance des investisseurs (Sentix) en Zone Euro à 10h30 et de l’indice des prix à la production en Zone Euro à 11h00.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

L'indice phare français a subi un violent reflux dans des volumes très solides en fin de semaine dernière. Un mouvement baissier brutal qui pourrait légitimement être suivi d'une réaction acheteuse contestatrice, de type rebond technique. On observera la puissance des volumes lors de la formation de cette réaction, ce qui nous permettra de jauger de sa solidité et donc de son inertie et de son potentiel.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est positif à sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario haussier est valable tant que l'indice CAC 40 cote au dessus du support à 4183.00 points.

Le conseil CAC 40
Positif
  • Résistances & Supports
  • Résistance(s) : 4415.00 / 4500.00 / 4600.00
  • Support(s) : 4183.00 / 4081.00 / 4000.00
  • Ecarts résistances / supports
  • Ecart(s) résistance : -0 % / 2 % / 4 %
  • Ecart(s) support : -6 % / -9 % / -11 %

Graphique en données horaires

CAC 40 : Vers une réaction acheteuse à très court terme (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Vers une réaction acheteuse à très court terme (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime
TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...