Bourse > Cac 40 > Cac 40 : Recul limité du CAC 40 malgré les tensions en Irak
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 046.20 +0.57 % Temps réel Euronext Paris
5 027.13Ouverture : 5 048.11+ Haut : 5 008.67+ Bas :
+0.38 %Perf Ouverture : 5 017.43Clôture veille : 2 151 940 KVolume :

Cac 40 : Recul limité du CAC 40 malgré les tensions en Irak

(Tradingsat.com) - La Bourse de Paris a limité son recul vendredi en dépit des inquiétudes en Irak et d'un indicateur décevant aux Etats-Unis, qui préférait saluer les annonces d'Intel, en forte hausse après avoir relevé ses prévisions. L'indice CAC 40 a finalement clôturé en baisse de 0,24% à 4 543 points.

Selon l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan, le moral des ménages américains s'est détérioré en juin. L'indice de confiance de l'UoM s’établit à 81,2 en juin (première estimation), en baisse par rapport au mois précédent (81,9), alors que les économistes attendaient au contraire une amélioration avec un indice à 83,2.

Les marchés financiers sont toutefois restés prudents en raison de l'escalade de la violence en Irak et des craintes d'une intervention de l'armée américaine dans le pays, qui est censé fournir environ 60% de la croissance de la capacité de production de brut de l'Opep pour le reste de la décennie, selon l'agence internationale de l'énergie (IEA).

Par ailleurs, ces tensions géopolitiques ont fait flamber les cours de l'or noir, ce qui a profité aux valeurs parapétrolières comme CGG, dont le cours de l'action s'est envolé de 10,7%. Le titre a également été soutenu par des informations publiées par le magazine Upstream, selon lesquelles la filiale WesternGeco de Schlumberger et CGG seraient en lice pour un contrat de sismique d’au moins 100 millions de dollars auprès de l’indien ONGC.

De son côté, Air France-KLM a souffert des prix élevés du baril qui ont touché vendredi un plus haut depuis neuf mois. La compagnie aérienne a terminé en baisse de 2,8% à 10,3 euros. Lagardère a reculé pour sa part de 4,3% en réaction à une dégradation de Natixis. Le Groupe de BTP Bouygues a perdu 0,7% alors que le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg prône un retour à trois opérateurs.

BNP Paribas, stable à la clôture, était au courant dès 2006 des risques liés aux opérations en dollars effectuées par la banque française aux Etats-Unis entre 2002 et 2009, visant certains pays sous embargo américain. C'est le journal "Le Monde" qui l'a affirmé, précisant que l'établissement bancaire a fait l'objet de plusieurs mises en garde contre de telles transactions, de la part des autorités américaines et de grands cabinets d'avocats.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...