Bourse > Cac 40 > Cac 40 : Le CAC 40 finit en baisse de 0,7%
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 046.20 +0.57 % Temps réel Euronext Paris
5 027.13Ouverture : 5 048.11+ Haut : 5 008.67+ Bas :
+0.38 %Perf Ouverture : 5 017.43Clôture veille : 2 151 940 KVolume :

Cac 40 : Le CAC 40 finit en baisse de 0,7%

Semaine chargée pour les télécomsSemaine chargée pour les télécoms

(Tradingsat.com) - Le marché parisien a clôturé en territoire négatif vendredi, avec un CAC 40 en baisse de 0,7% après l'annonce de statistiques américaines mitigées. Sur le plan des valeurs, c'est encore le secteur des télécoms qui était à l'honneur avec Bouygues en premier plan.

Le titre du groupe industriel a grimpé de plus de 2% alors que l'opérateur Bouygues Telecom a repris temporairement la main dans le mobile où il pourra dès octobre prochain lancer ses offres commerciales 4G dans la bande 1 800 MHz jusque là utilisée pour la 2G, prenant de vitesse ses concurrents dont le déploiement devrait prendre un peu plus de temps à court terme.

De son côté, Orange "regrette cette décision qui, loin d'apaiser un marché déjà fortement déstabilisé, crée un nouveau choc en conférant à un acteur un avantage de fait non reproductible par ses concurrents". Le titre France Télécom a tout de même tenu le coup (+0,4%).

Iliad qui a vocation à déployer son propre réseau 4G va récupérer du spectre en 1800 MHz (vs 2.6 GHz à ce stade). Une bonne nouvelle pour le nouvel entrant Free Mobile. L'action de la maison-mère qui a progressé de près de 15% depuis le début de l'année a cédé 1,6%.

Vivendi, également affecté par cette nouvelle, a plongé de près de 3,3%. Mais ce qui a surtout pesé sur la valeur aujourd'hui, c'est le fait que le conglomérat a décidé d'abandonner la vente de sa filiale brésilienne GVT, faute de propositions intéressantes.

En effet, Vivendi a repoussé la vente de sa filiale, premier opérateur alternatif de télécommunications fixes et de télévision payante au Brésil, au motif que les propositions des candidats en lice n'avaient pas été à la hauteur de ses attentes.

Pour Natixis, cette décision ne constitue pas vraiment une surprise au vu des nombreuses rumeurs qui avaient circulé à ce sujet en fin d'année dernière. De plus, elle ne remet pas en cause la stratégie de recentrage du conglomérat français sur les médias, a estimé le courtier.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...