Bourse > Cac 40 > Cac 40 : Le CAC 40 finit à -0,5%
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 088.34 +0.38 % Temps réel Euronext Paris
5 075.61Ouverture : 5 090.92+ Haut : 5 063.07+ Bas :
+0.25 %Perf Ouverture : 5 069.04Clôture veille : 2 277 510 KVolume :

Cac 40 : Le CAC 40 finit à -0,5%

CAC 40CAC 40

(Tradingsat.com) - La Bourse de Paris a clôturé en baisse lundi soir, déçue par un indicateur immobilier américain dans un marché affecté par la baisse des valeurs automobiles et du secteur financier. L'indice CAC 40 a fini en recul de 0,48% à 4 251 points.

Selon la national association of realtors (NAR), les promesses de ventes de logements aux Etats-Unis ont chuté de 5,6% en septembre après un recul de 1,6% au mois d'août. Une baisse inattendue puisque les économistes tablaient sur une hausse de 0,5% sur la période.

L'automobile était donc sévèrement attaqué alors que JP Morgan a dégradé sa recommandation sur le secteur. Renault a accusé une baisse de 3,7% et Peugeot a reculé de 5,7%, affecté par les déclarations d'un dirigeant de Dongfeng, qui hésite sur un éventuel investissement dans le groupe français.

Du côté des valeurs financières, Crédit Agricole a fini à -2,6%, Société Générale à -1,9% et BNP Paribas à -1,2%. L'assureur Axa a cédé 2%.

Veolia était sous pression (-1%) après un changement de recommandation de Credit Suisse, passé de "Neutre" à "Sous-performance" sur le dossier. A noter que Veolia et EDF sont sur le point de conclure un accord pour le contrôle du capital de leur filiale commune Dalkia, a rapporté L'Agefi, qui cite des sources concordantes.

Le secteur des médias était lui aussi sous le feu des projecteurs. Lagardère (-2,5%) a fait savoir lundi qu'il poursuivait ses discussions avec Vivendi (-0,3%) pour la vente de sa participation dans Canal+ France. Une déclaration qui intervient après que Le Nouvel Observateur a rapporté vendredi la conclusion d'un accord entre les deux groupes.

Enfin, Areva s’est adjugé 3,8%. Le spécialiste du nucléaire a signé un accord pour le développement de mines d’uranium en Mongolie par le biais d’une coentreprise avec la société publique nucléaire Mon-Atom. Cette coentreprise sera détenue à 66% par le groupe français et à 34% par Mon-Atom.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...