Bourse > Cac 40 > Cac 40 : Le CAC 40 broie du noir mais évite la déroute
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
4 693.79 -0.02 % Temps réel Euronext Paris
4 709.89Ouverture : 4 716.60+ Haut : 4 690.32+ Bas :
-0.34 %Perf Ouverture : 4 694.72Clôture veille : 904 678 KVolume :

Cac 40 : Le CAC 40 broie du noir mais évite la déroute

(Tradingsat.com) - La Bourse de Paris a terminé en nette baisse jeudi (-1,80%), plombée par la déroute de Renault et la déprime du marché du pétrole, tout en limitant la casse en fin de séance grâce au rebond de Wall Street.

L'indice CAC 40 a perdu 79,05 points à 4.312,89 points, dans un volume d'échanges très étoffé de 5,5 milliards d'euros, alors que Renault a terminé sur une chute de 10,28% à 77,75 euros. La veille, le marché parisien avait pris 0,30%.

Le marché, qui a mis un terme à deux séances de hausse consécutive, n'a cessé de s'enfoncer dans la matinée au point de perdre plus de 3,5% à la mi-journée, sous le coup de la chute du pétrole et de la dégringolade du secteur automobile.

Il s'est par la suite repris, à la faveur d'un rebond du baril à New York et de Wall Street qui avait souffert la veille.

"Le marché broie du noir. Il donne le sentiment que les bonnes nouvelles sont un peu mises de côté et que les mauvaises sont amplifiées, comme le montre la chute de Renault", résume Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

Pour l'heure, les investisseurs "se perdent en conjoncture entre les interrogations pour la croissance 2016, les hésitations chinoises et un prix du pétrole qui n'en finit pas de dévisser", remarque Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez HPC, ajoutant que "depuis le 4 janvier, les dégâts sont spectaculaires".

Les cours du pétrole ont ouvert en légère hausse jeudi à New York, essayant de se redresser après des niveaux historiquement bas, et se maintenaient au-dessus de leurs homologues européens.

Vers 17h30, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en février prenait 87 cents à 31,35 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), restant proche de ses plus bas niveaux depuis décembre 2003. Dans le même temps, le prix du Brent, référence européenne du brut, gagnait 50 cents à Londres, à 30,68 dollars le baril sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Il y a une inquiétude quant à l'impact que va avoir l'effondrement des matières premières dans un contexte de croissance mondiale qui reste fragile et alors que les politiques monétaires n'arrivent pas à relancer l'inflation", explique M. Murail.

Le marché parisien a été plombé par les valeurs du secteur automobile, Renault en tête, alors que le constructeur a confirmé que les services de la répression des fraudes avaient procédé à des perquisitions sur plusieurs de ses sites, dans le cadre des investigations voulues par le gouvernement après le scandale des moteurs diesel truqués de Volkswagen.

Dans la foulée, PSA Peugeot Citroën a perdu 5,05% à 14,01 euros.

Casino a lâché 6,23% à 38,19 euros après l'annonce d'un chiffre d'affaires en baisse de 4,8% (+0,3% en organique) pour l'année 2015, pénalisé par le Brésil et les changes et malgré un redressement de ses activités en France.

TF1 a résisté (-0,40% à 9,97 euros) après l'annonce de l'acquisition auprès de la FIFA des droits de diffusion des "28 meilleurs matchs" des Coupes du monde de football qui se dérouleront en Russie en 2018 et au Qatar en 2022.

Areva a chuté (-4,15% à 4,85 euros) après des informations de presse concernant sa recapitalisation.

Elis a bénéficié (+1,44% à 15,88 euros) du relèvement de sa recommandation par Morgan Stanley. Sodexo à l'inverse a été lourdement affecté (-5,06% à 86,60 euros) par une note de RBC Capital.

Maurel & Prom et Total ont signé les deux plus fortes hausses du SBF 120 avec des bonds de +9,7% et +3,1 à 2,71 euros et 39,03 euros respectivement, à la faveur du léger sursaut des cours du pétrole.

La société de biotechnologie DBV Technologies a vu son cours de Bourse plonger de près de 10% (-9,2% à 50,86 euros). Cotée à la fois à Paris et sur le Nasdaq, la valeur paraît subir doublement la correction qui affecte le secteur depuis quelques semaines.

Du côté des petites capitalisations, Integragen affiche la plus forte baisse de tout le marché parisien (-15,7%), sanctionnée après l'annonce d'un chiffre d'affaires annuel 2015 en repli de 7%.

F.B. avec AFP

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...