Bourse > Cac 40 > Cac 40 : La Bourse de Paris déprimée par le scrutin italien
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
4 735.48 +0.87 % Temps réel Euronext Paris
4 709.89Ouverture : 4 748.51+ Haut : 4 688.58+ Bas :
+0.54 %Perf Ouverture : 4 694.72Clôture veille : 4 863 280 KVolume :

Cac 40 : La Bourse de Paris déprimée par le scrutin italien

L'indice CAC 40 chute de plus de 2% à la m-séanceL'indice CAC 40 chute de plus de 2% à la m-séance

(Tradingsat.com) - Les résultats bancales des élections italiennes effraient les marchés financiers, l’absence de majorité politique en Italie faisant craindre une reprise de la crise de la zone euro. Le secteur bancaire est le plus touché, tandis que le taux de rendement italien à dix ans s'est envolé pour atteindre les 4,78%. La Bourse de Milan s'effondre de 4,6% ce mardi à la mi-séance, tandis que Madrid perd 2,7%, Francfort 1,9% et Paris 2,4%.

"Le pays n’a pas véritablement de problème de déficit public, il doit toutefois supporter, et refinancer, une dette considérable (près de 130% du PIB). De l’ampleur de cette prime de risque dépendra donc largement l’évolution des marchés européens. Les deux victimes collatérales de cette élection sont Draghi et Merkel", a commenté mardi le bureau d'études Oddo.

Selon les résultats préliminaires, les élections générales des 24-25 février ont donné une majorité de centre-gauche à la Chambre des Députés, mais n’ont pas permis de dégager une majorité au Sénat (sauf à supposer une alliance "contre-nature" de la gauche ou de la droite avec le Mouvement Cinq Etoiles de Beppe Grillo).

"Les urnes ont parlé"

"Les urnes ont parlé en Italie et la visibilité ne pouvait pas être plus faible", a déclaré le CM-CIC Securities dans sa note matinale.

Concernant la chambre basse, la coalition de gauche est en tête au niveau national (29,5%) et remporte 340 sièges. Le centre droit est juste derrière avec 29,1%, ce qui lui permet d’obtenir 124 sièges tandis que Beppe Grillo crée la surprise en remportant 108 sièges (25,5% des voix).

Le résultat est nettement plus serré que ne le laissaient penser les derniers sondages mais la conclusion reste conforme aux attentes. Pour le Sénat en revanche, le flou règne. Selon les données officielles publiées à 23h, le centre droit obtient 116 sièges, la gauche 113, le Mouvement 5 étoiles 54 et Mario Monti 18. Etant donné ces résultats, aucune majorité ne semble pouvoir émerger.

"Les désaccords entre les partis sont tels que, même si nous n’écartons pas totalement la possibilité d’une grande coalition, la seule issue semble être un nouveau vote, ce qui n’aura pas lieu avant plusieurs mois", ajoute ce courtier parisien.

"Le scénario le plus probable reste de nouvelles élections. Toutefois, nous suivrons avec attention dans les prochains jours les discussions qui commenceront sur la possible formation d’une coalition avec Pier Luigi Bersani à sa tête. Dans l’attente d’un message clair, nous anticipons un regain de doutes vis-à-vis de l’Europe avec un accroissement de la volatilité au gré des déclarations. Dans un premier temps, les actifs perçus comme risqués (actions, obligations souveraines des pays périphériques et l’euro) devraient être pénalisés souffrant d’un mouvement vers les actifs refuge", ajoute-t-il.

Aux Etats-Unis, l’administration Obama a lancé un dernier appel au camp républicain, avant le déclenchement des coupes automatiques prévu pour vendredi, ce qui ajoute un peu de piment sur les marchés. C’est dans ce contexte que Ben Bernanke se présentera devant le Sénat aujourd’hui.

Au chapitre des statistiques macroéconomiques, on suivra, toujours outre-Atlantique, l’indice CaseShiller des prix immobiliers en décembre (15h), ainsi que la confiance des consommateurs de février et les ventes de logements neufs de janvier (16h).

Les banques très affectées

A Paris, sur le plan des valeurs, les banques sont les plus attaquées, à l'image de BNP Paribas (-5,7%), Crédit Agricole (-5,3%) et Société Générale (-5%).

Dans l'actualité des entreprises, Vivendi a publié des résultats annuels en baisse, sans surprise, mais est resté muet sur ses cessions d'actifs. Le titre recule de 0,2%.

Hors CAC 40, l'action SEB cède plus de 3% après la publication de résultats conformes aux attentes mais assorties de perspectives prudentes pour 2013.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...