Bourse > Bouygues > Bouygues : SFR offrirait 10 milliards d'euros pour Bouygues Telecom
BOUYGUESBOUYGUES EN - FR0000120503EN - FR0000120503
31.780 € +0.24 % Temps réel Euronext Paris
31.750 €Ouverture : +0.09 %Perf Ouverture : 31.795 €+ Haut : 31.490 €+ Bas :
31.705 €Clôture veille : 194 342Volume : +0.06 %Capi échangé : 11 033 M€Capi. :

Bouygues : SFR offrirait 10 milliards d'euros pour Bouygues Telecom

SFR offrirait 10 milliards d'euros pour Bouygues TelecomSFR offrirait 10 milliards d'euros pour Bouygues Telecom

PARIS (Reuters) - Le propriétaire de SFR-Numericable a proposé 10 milliards d'euros pour acheter Bouygues Telecom, écrit Le Journal du Dimanche, une information à laquelle le ministre de l'Economie a réagi en répétant que la consolidation n'était pas souhaitable.

L'hebdomadaire, qui cite plusieurs sources non identifiées, ajoute que l'offre en cash de Patrick Drahi sera examinée mardi par un conseil d'administration de Bouygues.

Il précise que Martin Bouygues souhaite quant à lui obtenir 11 milliards d'euros pour la filiale de téléphonie mobile de son groupe qui compte 11 millions de clients.

Le JDD cite une source proche des négociations selon laquelle SFR pourrait améliorer son offre d'ici mardi. Il ajoute que l'offre a été présentée il y a dix jours et que son montant est 25% plus élevé que la valorisation de Bouygues Telecom par les marchés.

Elle s'accompagne d'une reprise par Free (Iliad) d'une partie du réseau mobile de Bouygues - des fréquences, des antennes et des boutiques - et d'une reprise par Orange de centaines de salariés de Bouygues, ajoute le JDD.

Les porte-paroles de Bouygues et d'Iliad n'ont fait aucun commentaire sur ces informations, tandis que SFR-Numericable et Orange n'étaient pas joignables dans l'immédiat.

MACRON "TRÈS VIGILANT"

"Je dis et répète que la consolidation n'est pas aujourd'hui souhaitable pour le secteur", a déclaré Emmanuel Macron, dans une déclaration transmise à Reuters.

"L'emploi, l'investissement et le meilleur service aux consommateurs sont les priorités. Or les conséquences d'une consolidation sont à ces égards négatives, comme l'ont prouvé les cas récents en Europe", ajoute-t-il.

"Que chacun se concentre sur les engagements pris en matière d'investissement, sur l'innovation, sur l'attribution imminente de la bande 700 MHz et sur les opérations", poursuit Emmanuel Macron. "Le temps n'est pas à des rapprochements opportunistes auxquels plusieurs peuvent trouver un intérêt qui ne retrouve pas ici l'intérêt général."

Le ministre de l'Economie ajoute qu'il sera "très vigilant sur l'ensemble de ces sujets et sur le respect des engagements pris par les opérateurs" et qu'il les réunira le 16 juillet pour faire le point notamment sur le très haut débit.

Lors d'une visite à Paris lundi, la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, s'est dite préoccupée par la multiplication des fusions dans le secteur des télécoms en Europe, estimant qu'elle risquait de se traduire par un alourdissement des factures payées par les consommateurs.

"Les opérateurs disent que s'ils ne peuvent pas fusionner avec leurs concurrents dans un pays, ils ne pourront pas investir suffisamment. J'ai souvent entendu ce discours, mais je n'en ai jamais eu la preuve", a-t-elle dit.

Au contraire, il y a de nombreux exemples où une consolidation excessive débouche sur une moindre concurrence, un renchérissement des factures payées par les consommateurs et une moindre innovation, a-t-elle ajouté.

(Jean-Baptiste Vey et Dominique Vidalon; édité par Henri-Pierre André)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...