Bourse > Bouygues > Bouygues : Orange stabilise sa marge, le marché applaudit
BOUYGUESBOUYGUES EN - FR0000120503EN - FR0000120503
33.165 € +0.79 % Temps réel Euronext Paris
32.950 €Ouverture : +0.65 %Perf Ouverture : 33.165 €+ Haut : 32.940 €+ Bas :
32.905 €Clôture veille : 66 997Volume : +0.02 %Capi échangé : 11 518 M€Capi. :

Bouygues : Orange stabilise sa marge, le marché applaudit

Orange stabilise sa marge, le marché applauditOrange stabilise sa marge, le marché applaudit

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Orange a fait état mardi d'une stabilisation de son taux de marge au premier trimestre, la poursuite de ses efforts d'économies sur les coûts ayant compensé pour partie le recul de son chiffre d'affaires sur ses principaux marchés.

A 10h50, le titre du premier opérateur français bondit de 4,5% et signe la deuxième plus forte hausse du CAC 40, portant à 25% sa progression depuis le début de l'année.

Le marché, qui fait le pari d'un redressement du groupe dirigé par Stéphane Richard, estime que la performance du premier trimestre conforte l'ambition de l'opérateur d'afficher un taux de marge stable sur l'ensemble de 2014 après cinq exercices consécutifs de baisse.

"Les résultats d'aujourd'hui font montre de progrès encourageants en direction de l'élément clef des objectifs donnés par le groupe en mars dernier", commentent les analystes de Jefferies dans une note.

Outre les réductions de coûts, Orange a profité d'un ralentissement de l'érosion de ses ventes, de moindres pressions réglementaires et de solides performances commerciales en particulier en France et en Espagne, soulignent les analystes.

Le premier opérateur télécoms français a confirmé l'ensemble de ses prévisions 2014, en précisant viser un Ebitda compris entre 12,0 et 12,5 milliards d'euros une fois prise en compte la cession récente de ses activités en République dominicaine, après un premier trimestre conforme aux attentes du marché.

"Nous ne sommes peut-être pas encore complètement sortis du tunnel mais nous voyons une tendance nettement meilleure", a commenté le directeur financier, Gervais Pellissier, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Il estime notamment que la guerre des prix qui fait rage en France depuis l'arrivée de Free (Iliad) dans le mobile en 2012 devrait s'essouffler, les marges de manoeuvre pour abaisser encore les tarifs étant désormais limitées.

La concurrence devrait toutefois rester vive entre les opérateurs notamment via des offres promotionnelles, a souligné le directeur financier d'Orange dont 20% de la clientèle mobile doit encore migrer vers les nouveaux tarifs moins chers de l'opérateur.

Au premier trimestre, son chiffre d'affaires est ressorti à 9,8 milliards d'euros, en repli de 3,8% à données comparables, toujours pénalisé par de fortes pressions concurrentielles en France et en Pologne. Le rythme de la baisse des revenus a toutefois ralenti par rapport au repli de 5,1% enregistré au trimestre précédent.

"LA PORTE EST OUVERTE" POUR BOUYGUES

Son Ebitda retraité a diminué de 3,8% à 3,02 milliards, donnant une marge de 30,8% stable par rapport à la période correspondante de l'an dernier grâce à de nouvelles baisses de coûts qui ont atteint 267 millions sur la période.

Le marché tablait en moyenne pour le premier trimestre sur un chiffre d'affaires de 9,8 milliards d'euros et un Ebitda de 3 milliards, selon un consensus fourni par la société.

Dans l'Hexagone, Orange a enregistré 86.000 ventes nettes de forfaits mobiles au premier trimestre alors qu'il perdait des clients sur la période du début d'année depuis 2010.

Les revenus de ses services mobiles ont toutefois continué d'enregistrer une baisse marquée de 9,1% liée à la refonte des tarifs et à l'essor des forfaits nus dits "Sim only".

"Le marché français n'a pas la taille qui permet de soutenir durablement quatre opérateurs", a réaffirmé le PDG d'Orange, Stéphane Richard, sur la radio BFM, jugeant probable des mouvements de consolidation sous la forme de rapprochement entre acteurs ou d'accord de partage de réseau.

Le paysage des télécoms français devrait prochainement se reconfigurer avec le rachat programmé de la filiale de Vivendi SFR par le câblo-opérateur Numericable qui donnera naissance à un nouveau numéro deux survitaminé derrière Orange mais laisse inchangé le nombre d'opérateurs mobiles.

Stéphane Richard a prévenu qu'il comptait demander une remise à plat des règles régissant le câble qui bénéficie selon lui d'avantages, notamment fiscaux, non justifiés.

Lors de la conférence téléphonique, Gervais Pellissier a quant à lui indiqué que la "porte était ouverte" pour Bouygues Telecom, candidat malheureux au rachat de SFR, s'il souhaitait discuter d'un partage de réseau. Bouygues est censé partager son réseau avec SFR selon un accord conclu en début d'année.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...