Bourse > Bouygues > Bouygues : Free flambe, dopé par Bouygues et ses résultats
BOUYGUESBOUYGUES EN - FR0000120503EN - FR0000120503
33.465 € +0.59 % Temps réel Euronext Paris
33.255 €Ouverture : +0.63 %Perf Ouverture : 33.500 €+ Haut : 33.000 €+ Bas :
33.270 €Clôture veille : 986 243Volume : +0.28 %Capi échangé : 11 623 M€Capi. :

Bouygues : Free flambe, dopé par Bouygues et ses résultats

Iliad a atteint les 8 millions d'abonnés mobiles en deux ansIliad a atteint les 8 millions d'abonnés mobiles en deux ans

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - La maison mère de Free, Iliad, flambe en Bourse, lundi, dopé par la forte progression de ses résultats financiers l'an dernier et par le projet d'accord avec son rival Bouygues Telecom qui pourrait lui permettre de changer d'un coup de dimension.

Iliad a pour la première fois en 2013 dépassé le seuil symbolique du milliard d'euros pour son excédent brut d'exploitation, alors que sa filiale mobile, désormais rentable, a recruté 2,8 millions de nouveaux clients, contrôlant 12% du marché français du mobile.

Au-delà des résultats, globalement conformes aux attentes du marché, c'est surtout le projet d'accord annoncé au cours du week-end par le groupe de Xavier Niel avec son grand rival Martin Bouygues qui surprend agréablement les investisseurs.

La filiale télécoms de Bouygues prévoit de vendre à Iliad la totalité de ses 15.000 antennes ainsi qu'un ensemble de fréquences mobiles dans le cadre d'une transaction dont le montant pourrait atteindre 1,8 milliard d'euros, espérant ainsi lever un obstacle majeur à son projet de rapprochement avec la filiale de Vivendi SFR.

"Une telle transaction impliquerait une diminution notable du risque pesant sur l'activité mobile d'Iliad. Le groupe pourrait éviter les risques liés au déploiement d'un réseau, limiter le risque lié à la régulation, refaire son retard en termes de couverture 4G et améliorer sa génération de trésorerie", expliquent les analystes d'UBS dans une note.

L'opération, qui est conditionnée à la possibilité pour Bouygues de prendre le contrôle de SFR, permettrait en effet à Free de faire un bond en avant en termes de couverture en intégrant la totalité du réseau que Bouygues a patiemment bâti depuis 20 ans en investissant des milliards d'euros.

L'opérateur pourrait également mettre la main sur les précieuses fréquences de son rival avec le double avantage de réduire la facture de l'itinérance qu'il verse à Orange aujourd'hui et d'améliorer nettement son offre en matière de très haut débit mobile.

L'ACTION À UN PLUS HAUT HISTORIQUE

"C'est clairement une accélération pour nous", a déclaré le directeur général d'Iliad Maxime Lombardini sur les ondes de BFM Business, tout en rappelant que l'opération, si elle se concrétisait, prendrait entre 18 et 24 mois pour être mise en oeuvre.

Ce nouveau développement est largement salué en Bourse, où l'action Iliad a touché en matinée un plus haut historique à 222,85 euros. A 10h48, le titre progressait de 12,52% à 212,60 euros, plus forte hausse de l'indice SBF 120, dans des volumes représentant 2,6 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur NYSE Euronext.

Dans son sillage, les actions de Bouygues et d'Orange prenaient respectivement 7,94% et 3,52%. Dopé par le secteur des télécoms, le CAC 40 avançait, lui, de 0,98%.

"Nous pensons qu'il s'agit du meilleur accord pour Vivendi, Bouygues, Iliad et Orange, en réduisant les pressions sur les prix dans le mobile comme dans le fixe", estime Robin Bienenstock, analyste à Bernstein Research.

A contrario, Numericable, qui a soumis une offre concurrente sur SFR, dégringole de 15,13% en Bourse, le marché estimant que l'initiative de Bouygues pourrait réduire les chances de la filiale d'Altice (-9,5% à la Bourse d'Amsterdam) de l'emporter.

"Altice va devoir probablement relever son offre pour ne pas être hors course", estime ainsi Robin Bienenstock.

En 2013, Free mobile a poursuivi sa percée dans le mobile en recrutant 2,8 millions de nouveaux abonnés pour atteindre un total de 8 millions de clients, près de deux ans après son lancement en janvier 2012.

Le groupe de Xavier Niel a également profité du dynamisme de ses activités dans le fixe qui ont vu leur Ebitda s'améliorer encore de 13% l'an dernier.

Au global, la société, qui a investi 900 millions d'euros dans le fixe et le mobile l'an dernier, a vu son Ebitda consolidé progresser de 30,7% à 1,2 milliard tandis que son résultat net est ressorti en hausse de 42,3% à 265 millions. Le chiffre d'affaires a par ailleurs augmenté de 18,9% à 3,75 milliards.

Le marché tablait en moyenne sur un chiffre d'affaires de 3,75 milliards d'euros, un Ebitda de 1,16 milliard et un résultat net de 299 millions.

(Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...