Bourse > Bouygues > Bouygues : Bouygues vise 15% d'Orange
BOUYGUESBOUYGUES EN - FR0000120503EN - FR0000120503
32.905 € +2.17 % Temps réel Euronext Paris
32.340 €Ouverture : +1.75 %Perf Ouverture : 32.905 €+ Haut : 32.340 €+ Bas :
32.205 €Clôture veille : 1 255 300Volume : +0.36 %Capi échangé : 11 428 M€Capi. :

Bouygues : Bouygues vise 15% d'Orange

Bouygues vise au moins 10% du capital d'OrangeBouygues vise au moins 10% du capital d'Orange

par Gwénaëlle Barzic et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Bouygues Telecom a renoué l'an dernier avec une croissance de ses revenus comme de ses marges, fournissant des arguments supplémentaires à sa maison-mère Bouygues dans ses négociations complexes avec Orange en vue d'un rapprochement.

Le groupe de construction, de télécoms et de médias, ambitionne d'obtenir de l'ordre de 15% du capital du numéro un français des télécoms même s'il pourrait se contenter dans un premier temps d'une participation de 10% à 15% assortie d'un paiement en numéraire, afin de ménager l'Etat, premier actionnaire d'Orange.

Comme son homologue Stéphane Richard, Martin Bouygues estime à une chance sur deux la probabilité que les discussions aboutissent mais il prévient qu'elles ne pourront pas s'éterniser au delà de la fin de ce trimestre.

Les deux groupes avaient déjà essayé de s'entendre à l'été 2014 mais sans réussir à trouver un accord.

"Je suis intéressé par une participation au capital d'Orange car cela nous permettrait de bénéficier de la création future de valeur par ce marché en France et bien sur à l'international", a expliqué le dirigeant lors d'une conférence de presse, estimant qu'une participation de l'ordre de 10 à 15% serait "correcte".

Un porte-parole du groupe a par la suite précisé ces déclarations en expliquant que la fourchette évoquée par le PDG "ne visait que la partie payée via une augmentation de capital par Orange de façon à limiter la dilution de l'Etat et non la participation finale à l'issue de la négociation".

"Le reste sera acquis sur le marché", a précisé le porte-parole dans une déclaration transmise à Reuters, indiquant que le groupe visait une participation "d'arrivée" de l'ordre de 15% si les discussions aboutissaient.

Plusieurs sources avaient précédemment dit à Reuters que l'Etat, principal actionnaire de l'ancien monopole dont il détient 23%, était soucieux de limiter sa dilution au capital et ne souhaitait pas que la participation de Bouygues dépasse 10%.

Selon certaines de ces sources, les pouvoirs publics réfléchiraient aussi à des clauses limitant la capacité de Bouygues à augmenter ultérieurement ses parts pour éviter une prise de contrôle de l'opérateur historique.

Prié de dire si de telles dispositions étaient discutées, Martin Bouygues a répondu que "la question ne se posait pas pour le moment".

"Je n'envisage pas de monter plus haut que l'Etat dans l'immédiat", a-t-il précisé à des journalistes en marge de la conférence.

VISE UNE AMÉLIORATION DE LA RENTABILITÉ EN 2016

Tout en estimant qu'un passage de quatre à trois opérateurs serait bénéfique pour le marché français des télécoms, Martin Bouygues a réaffirmé que la division qu'il a créée il y a 22 ans avait les moyens de continuer à faire cavalier seul.

Bouygues Telecom, qui a fortement souffert de la guerre des prix dans le mobile depuis 2012, est la seule division du groupe à afficher une hausse de ses revenus en 2015.

Porté par la conquête de 769.000 clients dans le mobile et 360.000 dans le fixe, ses revenus ont progressé de 2% à 4,5 milliards d'euros, signant la première hausse depuis 2011.

Cette performance n'a pas suffi à contrebalancer la baisse de 6% des activités dans la construction, pénalisée par le marché français, tandis que TF1 a souffert de la baisse de ses revenus publicitaires.

Au global, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 32,43 milliards d'euros, en repli de 2%, mais son résultat opérationnel courant a progressé de 6% à 941 millions, au-dessus des 852 millions attendus en moyenne par le marché, selon un consensus compilé par Inquiry Financial Europe.

Bouygues a profité de l'amélioration de la rentabilité de Bouygues Telecom et de TF1 avec les réductions de coûts, tandis que celle de la construction est restée stable.

"Grâce à la stratégie de transformation de ses métiers, le Groupe devrait poursuivre l'amélioration de sa profitabilité en 2016", a réaffirmé la société dans son communiqué.

Bouygues table notamment sur une amélioration de la rentabilité de ses activités dans la construction cette année tandis que Bouygues Telecom compte toujours porter sa marge à 25% à l'horizon 2017, à comparer à 19,7% en 2015.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...